Nestlé fait face à un procès de 250 millions d’euros en France

Un nouveau contentieux s’est ainsi ouvert dans l’affaire des pizzas Fraich’Up de Buitoni. Cette fois, la nouvelle procédure se situe au niveau du droit civil. L’avocat Pierre Debuisson a poursuivi Nestlé France pour « fautes graves et répétées de Nestlé ».

Dans son procès, il fustige notamment « l’état d’hygiène très dégradé » du site de Caudry, dans le nord de la France. Les pizzas contaminées y ont été fabriquées, comme l’a indiqué mardi l’avocat à l’agence de presse AWP.

Debuisson accuse la multinationale de continuer à vendre des pizzas à partir de janvier malgré des suspicions d’épidémies de bactéries E. coli. « Ce sont les autorités qui ont forcé l’arrêt des ventes en mars, sinon Nestlé aurait continué dans le mépris total de la vie humaine. » L’avocat a évoqué le « plus grand scandale alimentaire européen » de ces dernières années.

Pas de réponse de Nestlé

L’entreprise alimentaire elle-même a jusqu’à présent laissé sans réponse les demandes d’AWP à ce sujet. Pourtant, Nestlé a annoncé la semaine dernière son intention de redémarrer l’une des deux lignes de production de son usine de Caudry en novembre.

A l’été, le patron de Nestlé France, Christophe Cornu, a présenté ses excuses aux familles des enfants touchés par la contamination. Il a annoncé la création d’un « fonds de soutien aux victimes ». Les pizzas contaminées par E. coli ont été liées à la mort de deux enfants et à des dizaines d’empoisonnements.

(AWP)

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.