Obligation de livraison de Nagelsmann : le Bayern doit livrer contre l’Inter

Le directeur sportif du Bayern Munich, Hasan Salihamidzic, est parti avec l’équipe pour la ville de la mode de Milan dans un costume chic de couleur sable.

Son annonce avant le court vol charter vers l’Italie mardi soir n’était que pour le football : « Maintenant on passe en mode Ligue des champions. Maintenant ça repart de zéro », a déclaré le joueur de 45 ans à l’aéroport de Munich. Ce qui doit changer après le match nul 1-1 en Bundesliga contre Mönchengladbach et l’Union Berlin ?« Marquer juste plus de buts », a exigé Salihamidzic.

Une chose est claire : Munich devrait livrer (plus) dans la compétition premium. L’entraîneur Julian Nagelsmann le sait mieux. Indépendamment de la première petite chute des résultats lors des derniers matchs de championnat, l’ambitieux entraîneur rayonne de confiance mia-san-mia avant le programme d’ouverture risqué de son ensemble vedette. « Je pense que nous sommes très prêts », a claironné Nagelsmann avant les premiers essais sur la grande scène européenne du football mercredi (21h/DAZN) à l’Inter Milan et à peine six jours plus tard contre le FC Barcelone avec un rapatrié surmotivé Robert Lewandowski.

Nagelsmann : « Nous sommes interpellés immédiatement »

L’équipe munichoise doit une fois de plus être à la hauteur de sa réputation de spécialiste du départ (18 premières victoires consécutives) pour ne pas subir de pression d’emblée. « Normalement, le Bayern Munich est toujours mis dans le pot de la chance, maintenant c’est le groupe du meurtre. On est interpellé tout de suite », a déclaré Nagelsmann à propos du « exigeant » groupe C. Viktoria Pilsen est le seul poids léger. Nagelsmann sait également ce qui doit être différent pour un départ au top dans le vénérable stade Giuseppe Meazza par rapport au match nul 1-1 du meilleur match de Bundesliga contre l’Union Berlin : « Le niveau d’énergie doit être le même que lors des matchs précédents. « 

Avant le court vol charter vers l’Italie, Nagelsmann a commencé la dernière séance d’entraînement dans les locaux du club afin de pouvoir cacher ses idées tactiques et personnelles aux observateurs indésirables de l’Inter derrière le rideau de la vie privée. « Nous avons eu le temps d’élaborer un plan et d’ajuster nos jambes », a déclaré Thomas Müller. Ce n’est un secret pour personne que le leader de 32 ans reviendra dans le onze de départ. Avec Müller, l’offensive devrait repartir comme dans les premières semaines de la saison.

Le fait que Sadio Mané, Kingsley Coman et Müller s’échauffent à nouveau est également important pour ne pas alimenter les débats sur un avant-centre classique manquant, qui s’est ouvert par réflexe après deux maigres nuls 1-1 contre Gladbach et Union. Nagelsmann était déjà agacé à Berlin par les premières questions sur un éventuel vide de Lewandowski dans la surface de réparation. « Il est parti », a déclaré succinctement le joueur de 35 ans.

L’Inter entre dans le match du Bayern avec quelques problèmes

L’Inter a récupéré un neuf classique à Romelu Lukaku. Mais l’énorme Belge tombe avec une blessure à la cuisse. L’ancien vieillissant de Wolfsburg Edin Dzeko (36 ans) devrait redevenir une terreur du Bayern. Après un match nul 3-1 à la Lazio Roma et un match nul 3-2 dans le derby de la ville contre l’AC Milan, l’Inter entre dans le match contre le Bayern avec quelques problèmes. Comme Union Berlin, les hôtes fonctionnent dans un système 3-5-2. Néanmoins, Nagelsmann a déclaré: « L’Inter joue différemment. Je ne pense pas qu’ils se limitent à défendre. »

« Il faut livrer, livrer et livrer encore ! »

Müller sait ce qui est annoncé et exigé dans le calendrier d’automne très dur : « Nous devons livrer, livrer et livrer encore ! Et Nagelsmann est au courant de son obligation de ramener la deuxième année du Bayern après que les patrons munichois autour d’Oliver Kahn aient effectué des paiements anticipés cet été. La tournée shopping à 140 millions d’euros du directeur sportif Hasan Salihamidzic avec les meilleurs achats de l’attaquant vedette Mané et du chef de la défense Matthijs de Ligt n’était finalement pas basée sur des ambitions pour le onzième titre de champion d’affilée. C’est de toute façon dans le cahier des charges de l’entraîneur du FC Bayern.

Non, la force motrice a été le KO dérangeant en quart de finale contre Villarreal lors de la première saison de Nagelsmann. Puisqu’on était « tomber de tous les nuages », a rappelé le PDG Kahn. En été, il incombait donc à la direction du club de donner un nouvel élan à l’équipe et d’intensifier massivement la compétition. « C’était important pour l’équipe », a déclaré Kahn.

L’objectif était « de créer les conditions pour que nous puissions à nouveau gagner la Ligue des champions », a expliqué Kahn. C’est maintenant au tour de Nagelsmann avec son équipe de luxe. « Nous devons être performants », a déclaré l’intrépide entraîneur du Bayern : « Nous attendons cela avec impatience. »

Les compos attendues :

Inter Milan : Handanovic – de Vrij, Dimarco, Bastoni – Brozovic – Dumfries, Barella, Calhanoglu, Darmian – Lautaro Martinez, Dzeko

Bayern Munich : Neuer – Pavard, de Ligt, Hernández, Davies – Kimmich, Sabitzer – Müller, Coman – Gnabry, Mané

Arbitre : Turpin (France)

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.