Pologne – Albanie : Ziober : patience et calcul comme clé du succès d’El. Coupe du monde

  • Le Biało-Czerwoni a réalisé avant le match les hypothèses et a battu avec confiance les joueurs de Saint-Marin 5-0. Les Polonais ont finalement gardé une feuille blanche
  • Selon Jacek Ziober, ce n’était pas une rencontre parfaite. – Parfois, le terrain était ennuyeux. Le nombre d’erreurs, d’inexactitudes et de pertes était trop élevé, a-t-il déclaré à PAP
  • L’ancien représentant polonais a également noté que le match contre l’Albanie sera clé pour nos joueurs dans le cadre de la lutte pour les barrages de la Coupe du monde de l’année prochaine.
  • D’autres textes de ce type peuvent être trouvés sur la page principale d’Onet.pl

Lors de leur septième match des qualifications pour la Coupe du monde au Qatar, les Biało-Czerwoni ont battu l’outsider européen Saint-Marin 5-0 samedi au PGE National.

Comme l’a souligné Ziober, avec cet adversaire, trois points ont été ajoutés aux Polonais avant leur entrée sur le terrain, et la seule question était le style et l’ampleur de la victoire de l’équipe de Paulo Sousa.

– Le résultat est élevé, mais à part ça, nous n’avons pas appris grand-chose sur notre équipe. Il est heureux que les attaquants : Karol Świderski, Adam Buksa et Krzysztof Piątek, qui sont entrés dans la liste des tireurs, aient été à la hauteur de la tâche. Cependant, le jeu n’était pas passionnant, mais même avec l’adversaire le plus faible concentré uniquement sur la défense, contrairement aux apparences, ce n’est pas agréable et facile à jouer. Parfois, vous en voulez trop, comme en témoigne Robert Lewandowski, qui plus il voulait marquer dans ce match, moins il réussissait – a déclaré à PAP le représentant du pays à 46 reprises.

Il a ajouté qu’en seconde période, le jeu des joueurs de Sousa n’était pas collant et que leurs actions manquaient de douceur et de rythme. – Parfois, le terrain était ennuyeux. Le nombre d’erreurs, d’inexactitudes, de pertes était trop élevé. Cela s’est traduit par un manque de fluidité dans l’offensive. Il y avait trop de chaos, qui, cependant, peut être imputé à de grands changements de personnel. Personne ne se souviendra longtemps de ce match, à part dire au revoir à Łukasz Fabiański – a admis Ziober.

L’ancien attaquant regrette que le gardien anglais de West Ham United ait mis un terme à sa carrière internationale. À son avis, Fabiański devrait être le numéro 1 dans le but de l’équipe nationale polonaise.

– Je suis triste de lui dire au revoir et j’ai été surpris par sa décision. Pour moi, Łukasz, bien qu’il ait toujours été dans l’ombre des autres, a été pendant toutes ces années la figure de proue de l’état-major. C’est un gardien de but avec de grandes compétences et une grande classe, également en tant qu’être humain. Lorsqu’il se tient dans le filet du but, il a un grand sens, la capacité de se positionner, d’anticiper. De plus, cela donne beaucoup de tranquillité à l’équipe. Si je jouais toujours pour l’équipe nationale, j’aimerais avoir un tel gardien derrière mon dos, et donc je ne comprenais souvent pas les décisions des sélectionneurs suivants – a expliqué le huitième buteur de l’équipe nationale.

Malgré la victoire, la Pologne est toujours troisième du classement du groupe I. L’Albanie a remporté son match à l’extérieur contre la Hongrie (1 : 0), qui compte un point d’avance sur l’équipe polonaise. L’équipe de Sousa jouera contre cet adversaire à Tirana mardi.

Comme l’a noté Ziober, ce sera un duel pour les Polonais d’être ou de ne pas être en barrages pour les championnats du monde de l’année prochaine. Perdre réduira les chances au minimum, mais la victoire mettra les blancs et les rouges dans une très bonne situation à l’issue du tour de qualification.

– La victoire contre Saint-Marin entrera rapidement dans l’histoire, car la situation dans le tableau signifiait que nous jouerions un match d’élimination clé mardi. Une traversée très dure va se faire, car à Varsovie, l’équipe des Balkans a montré qu’elle pouvait jouer au football et être très dangereuse. A Tirana, j’aimerais voir l’équipe de l’époque de l’entraîneur Adam Nawałka. Il ne s’agit pas de l’entraîneur, mais de l’attitude de l’équipe qui a participé aux matchs avec une grande confiance en ses compétences et a pu gagner des matchs avec un enjeu important. Je l’ai vu lors de l’affrontement avec l’Angleterre, qui a montré que nous pouvons nous battre, jouer sagement, utiliser chaque bonne passe et avoir un plan pour le match – a soutenu le KS Łódź local.

Selon lui, la clé du succès avec l’Albanie sera la patience, le calcul et l’efficacité, grâce auxquels les Polonais se sont imposés face à cet adversaire au PGE Narodowy (4 : 1) en septembre.

– Les Albanais ont changé leur style de jeu, mais ils ne se sont pas débarrassés de leur « tête chaude », dont il faut profiter. Ce sera un match complètement différent de Saint-Marin où nous avons dû lutter contre une attaque de position pour laquelle nous ne sommes pas faits. A Tirana, les hôtes vont opérer le ballon, ils vont probablement attaquer. Et laissez-les faire « hourra ». Laissons-les se déchaîner, défendons-nous judicieusement et attendons nos chances après des contre-attaques rapides. Après tout, ils nous ont donné une grande victoire à Varsovie et pourquoi ne pas la répéter ? a souligné Ziober.

Selon l’ancien footballeur, incl. Montpellier française et espagnole Osasuna Pampelune, l’équipe nationale polonaise gagnera par un but mardi – 1-0 ou 2:1.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.