Rui Costa revient en Italie pour être à 100% avec João Almeida

Le Portugais Rui Costa revient vendredi sur le Tour d’Italie à vélo, au service d’UAE Emirates et intégré dans le plan de l’équipe pour soutenir « à 100% » le leader de la ligne, le compatriote João Almeida.

« C’est toujours bien de revenir sur le Giro, même si c’est une course que je n’ai faite qu’une seule fois dans ma carrière. […] Les attentes ici sont très claires : nous avons João Almeida comme leader, il se battra pour le général, et l’équipe est complètement avec lui, à 100 % », explique le cycliste de 35 ans à Lusa.

Après la 27e place en 2017, il arrive maintenant avec les efforts dirigés pour escorter son compatriote, dans une équipe avec « deux fronts, l’un soutenant João et l’autre avec Fernando Gaviria, dans les arrivées au ‘sprint », en plus de vouloir « être représenté » dans les évasions avec une forte probabilité de discuter de la victoire.

Aux côtés du Slovène Tadej Pogacar, qui a remporté le Tour pour la deuxième fois consécutive en 2021, a montré un Rui Costa capable de soutenir les leaders dans les moments de « serrage », une fonction qui sera à nouveau testée maintenant au Giro, le grand Tour que du moins, contre deux participations à la Vuelta a España et 10 à la Vuelta a France.

Pour l’instant, il a débuté la saison avec deux résultats exceptionnels dans des courses où il était le leader de la ligne, avec deux podiums, d’abord sur le Tour d’Arabie Saoudite puis sur le Tour d’Oman, dans les deux cas à la troisième place.

Elle a été suivie par la 35e place à Milan-Turin, avant de soutenir João Almeida dans la Volta a Catalunya, que son compatriote a terminé à la troisième place et où il a remporté l’une des étapes, se joignant désormais, comme Rui Oliveira, à l’effort collectif en faveur du cycliste de Caldas da Rainha dans le Giro.

Avec 3 228 kilomètres de compétition parcourus jusqu’à présent cette saison, répartis sur 20 jours de compétition, le champion du monde sur route 2013 réalise un « début de saison très positif », même s’il s’est arrêté deux fois, après Oman et après la Catalogne. , dans les deux cas en raison de problèmes de santé.

Ensuite, je suis juste revenu dans la phase par équipe pour me préparer pour le Giro. Je suis bien sorti du stage, pas comme je le voulais, mais je crois que le Giro n’est pas fait pour être très fort, mais pour bien commencer et bien finir », souligne-t-il.

Dans la Sierra Nevada, le stage en altitude avec la formation qui sera dans la « corsa rosa » a permis aux UAE Emirates de tester les sensations, et de peaufiner les détails, dans « de très longues montagnes et de très longues ascensions », donc l’équilibre est un. formation « réussie ».

L’idée que « le Giro n’est pas pour ceux qui arrivent en force, mais pour les plus réguliers, ou peut-être les meilleurs de la semaine dernière », est celle à laquelle Rui Costa fait écho pour se souvenir de la régularité de João Almeida comme une force à affronter  » la dureté et la difficulté » du coup.

« João a montré, lors des deux dernières éditions, qu’il était fort la semaine dernière, croyons que les choses vont bien à nouveau. […] Dans les premières étapes, nous voulons principalement protéger João d’éventuelles chutes et pertes de temps », dit-il.

La Vuelta a Italia 2022, la 105e édition de la course, démarre à Budapest, le 6 mai, et se termine à Vérone, le 29 du même mois, 21 étapes plus tard.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.