Trente pays et 6 grands constructeurs unissent leurs forces pour mettre fin à la voiture thermique à partir de 2035 | Changement climatique | Climat et environnement

Mettre fin aux ventes de voitures à combustion à partir de 2035 sur les marchés les plus importants du monde est l’objectif fixé par une alliance de pays, de constructeurs et d’autres organisations dans le cadre du sommet sur le climat qui s’est tenu à Glasgow. Le secteur des transports est responsable d’environ 20 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Et pratiquement 90 % correspondent au transport routier.

Cette alliance à une centaine de signataires est officiellement présentée ce mercredi à la COP26. Et il établit que les signataires travailleront pour que « toutes les ventes de voitures et de camions neufs soient à zéro émission dans le monde d’ici 2040, et au plus tard en 2035 sur les principaux marchés ». Une trentaine de pays font partie de cet accord que le Royaume-Uni a conduit et qui jusqu’à mardi soir avait également été rejoint par d’autres nations importantes comme le Canada, l’Inde, les Pays-Bas, l’Autriche, la Norvège, le Chili et le Danemark. Cependant, les États-Unis, la Chine, l’Allemagne et la France n’étaient pas présents. L’Espagne n’envisageait pas non plus d’adhérer pour le moment. Du côté des constructeurs, six grandes entreprises mondiales – Ford, General Motors, Volvo, Mercedes-Benz, Jaguar Land Rover et le chinois BYD – ont rejoint cette initiative.

Cet engagement est compatible avec ce que le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, avait demandé mi-octobre, avant le sommet. Lors d’un congrès sur la mobilité durable, il a exhorté les pays développés à cesser de fabriquer des voitures à combustion à partir de 2035 et le reste à partir de 2040. En outre, la Commission européenne a également proposé que la fin de ce type de voitures qui émettent des gaz à effet de serre – c’est-à-dire, celles de l’essence, du diesel, du gaz naturel et des hybrides – à partir de 2035. Cependant, la proposition européenne doit encore être finalisée au sein des institutions communautaires et avec les 27 gouvernements.

Le fait que cette négociation soit vivante est ce qui a signifié que certains membres importants de l’UE, comme l’Espagne, l’Allemagne et la France, n’ont pas adhéré dans un premier temps, selon des sources de la délégation espagnole à la COP26. L’Espagne, dans sa récente loi sur le changement climatique, établit 2040 comme plafond pour les ventes de voitures à émissions non nulles. Et, selon ces sources, la norme envisage que cette date soit automatiquement modifiée et que 2035 s’établisse si c’est ce sur quoi toutes les institutions européennes s’entendent enfin.

L’accord présenté ce mercredi peut également être rejoint par les gouvernements régionaux et les villes, qui s’engagent à œuvrer pour que leurs « flottes de voitures et de camions possédés ou loués soient des véhicules à zéro émission jusqu’en 2035″. De même, les constructeurs qui se joignent à cette déclaration affirment qu’ils s’efforceront de réduire les émissions de toutes leurs ventes de camions et de voitures particulières sur les « principaux marchés » d’ici 2035 ou avant.

Cette alliance, comme le reste de celles qui sont présentées publiquement lors de ce sommet et promues par le gouvernement du Royaume-Uni, qui préside la COP26, n’est pas contraignante car elle ne fait pas partie des négociations officielles de l’ONU. Comme l’a rappelé l’expert en politique du climat et des énergies renouvelables Niklas Höhne ce mardi lors du sommet, les annonces sur la « fin du charbon ou des énergies fossiles » devraient alors se refléter dans les politiques nationales ; et dans de nombreux cas, cela n’arrive pas.

Cependant, bien que n’ayant pas ce lien direct pour leurs signataires, ce type de déclarations et d’alliances a également un effet sur les investisseurs, qui reçoivent un message sur les technologies qui rendront plus difficile la transition vers une économie sans émissions d’effet de serre. . Ils renforcent également l’idée que la mobilité électrique est l’avenir. Ce message est de plus en plus accepté par la majorité de la société, comme en témoigne un récent sondage 40dB réalisé pour EL PAÍS à l’occasion de la COP26. 63 % des Espagnols interrogés sont favorables à la fixation de 2035 comme plafond des ventes de voitures à combustion. 60% ont assuré qu’ils achèteraient une voiture rechargeable – purement électrique ou hybride – s’ils devaient acheter une voiture de tourisme à ce moment-là.

La journée de ce mercredi du sommet sur le climat sera consacrée aux transports. On s’attend à ce que des progrès soient également réalisés dans les transports maritimes et terrestres, qui, dans de nombreux cas, ne sont pas couverts par les plans nationaux de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Une initiative visant à opposer son veto à un nouveau développement de pétrole et de gaz naturel est également attendue.

Vous pouvez suivre CLIMA ET ENVIRONNEMENT sur Facebook et Twitter, ou inscrivez-vous ici pour recevoir notre newsletter hebdomadaire

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *