« Un coup dur mais une vraie chance pour la France »

► »Tagesspiegel » de Berlin : « C’est un coup dur pour Macron, mais une vraie opportunité pour la France. Le président va maintenant devoir trouver des majorités pour ses projets, négocier davantage et convaincre les autres. Les sceptiques craignent que cela ne conduise à une situation gouvernementale incertaine et ne bloque Macron dans sa politique Mais si toutes les forces politiques sont sérieuses dans leur travail, les débats se dérouleront davantage au Parlement, au lieu d’être menés depuis l’Élysée, comme cela a si souvent été le cas. »

« Frankfurter Allgemeine Zeitung » de Francfort-sur-le-Main: « Lors de son premier mandat, le jeune président a trop souvent bafoué le Parlement. Il a pris des décisions seul dans un petit cercle. Il n’a pas tenu sa promesse électorale de renforcer l’Assemblée nationale. Ce style de leadership a été sanctionné. Macron a reconnu qu’il doit développer une « nouvelle méthode ».

[…] Après cette élection, l’Assemblée nationale témoigne du renforcement des forces politiques des franges gauche et droite. Le parti de Marine Le Pen et l’alliance de gauche de Jean-Luc Mélenchon entrent dans le nouveau parlement avec des factions fortes. Cela promet des débats houleux, mais aussi un renouveau tant attendu de la tradition parlementaire en France. »

Le journaliste et spécialiste de la France Nils Minkmar a écrit dans sa newsletter « Le septième jour » le dimanche avant l’élection : « L’ancien gouvernement allemand, le GroKo sous Angela Merkel, porte une part de responsabilité dans le marasme politique en France. L’élan qui a amené Macron au pouvoir à l’époque était européen. Mais Berlin, la CDU, a le moment de prendre des réformes européennes Faire avancer les projets, les laisser passer comme un bus bondé – comme si un meilleur arrivait dans dix minutes. Mais rien n’est venu. Aujourd’hui, le moteur franco-allemand est à l’arrêt. Les plus grands pays d’Europe improvisent, virevoltent, regardent anxieusement vers l’Est et espérant les USA.

En tout cas, j’ai l’impression que la France se prépare déjà pour l’après Macron, qui agira comme une grande coalition à deux pattes. Deux personnes s’échauffent déjà : Édouard Philippe, le maire du Havre et ancien premier ministre, et la socialiste Carole Delga de Toulouse. « 

► »Le Figaro » de Paris : « Miroir inversé de l’élection présidentielle, le second tour des élections législatives ressemblait à un référendum anti-Macron. Le prix du « et-et » : Macron avait entrepris d’assécher les extrêmes, mais ils n’ont jamais été aussi forts : les nupes Bien sûr, mais aussi le RN, dont la percée historique est une autre surprise. La droite, bien que sur le déclin, a su contenir les dégâts mieux qu’elle ne l’aurait espéré.

► »El País » de Madrid : « Depuis cinq ans, la concentration du pouvoir à l’Elysée a contrecarré le rôle du Parlement. Mais le mécontentement général a trouvé des exutoires dans la rue ou dans les partis et candidats qui contestent le système à droite comme à gauche. Macron doit coordonnez-vous maintenant avec d’autres forces et sortez de l’Elysée, dirigez moins d’en haut et écoutez davantage les citoyens. »

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.