Un dentiste français aurait retiré plus de 3 000 dents saines

Sarah avait 18 ans et espérait sourire comme une star de cinéma. C’était la promesse de son dentiste. Quelques semaines plus tard, sa bouche n’était plus qu’une seule plaie.

« Lionel Guedj m’a conseillé d’arracher toutes mes dents. Il a dit que je n’aurais plus jamais de problèmes dentaires », raconte-t-elle. Des centaines de patients ont ressenti la même chose. L’ex-dentiste pourrait être condamné jeudi à dix ans de prison à Marseille.

En 2005, Guedj ouvre son cabinet dans le nord de Marseille, où vivent de nombreuses personnes aux revenus modestes et aux racines maghrébines. Il s’adressait à ses patients par leur prénom, en recevait jusqu’à 70 par jour, dont beaucoup sans rendez-vous. Cinq ans plus tard, avec des revenus mensuels allant jusqu’à 80 000 euros, il était le dentiste le mieux payé de France.

Sa méthode : « Après le premier rendez-vous, il y a eu un plan de traitement systématique pour tuer et couronner le plus de dents possible », précise un rapport d’expertise.

Guedj a facturé 28 fois plus de prothèses dentaires qu’un dentiste moyen. Il a effectué ses opérations rapidement et avec insouciance. De nombreux patients se sont ensuite plaints d’inflammation, d’abcès, d’ulcères et de prothèses dentaires mal ajustées.

« J’avais mauvaise haleine, je ne voulais plus sourire, j’avais un discours humide et j’avais du mal à manger », rapporte Sarah dans le magazine Closer. Elle se retirait de plus en plus après le traitement car elle avait honte. « J’ai réalisé trop tard qu’on ne peut pas se faire arracher 24 dents à 18 ans. »

Plus de 300 de ses patients déçus et en colère ont finalement été traduits en justice. Son fabricant de prothèses a témoigné que Guedj lui avait commandé des bridges sans les ajuster au préalable.

« Il gagnait tellement d’argent qu’il se croyait inattaquable », a déclaré son ancien collègue. Guedj a déclaré qu’il pouvait s’offrir les meilleurs avocats et qu’il n’avait rien à craindre.

Selon sa secrétaire, le dentiste n’a pas hésité à utiliser un programme de traitement d’images pour créer des taches blanches inquiétantes sur les radiographies. Guedj compte tellement d’opérations chirurgicales que sa journée de travail aurait dû durer jusqu’à 52 heures. Selon les calculs du parquet, Guedj a tué environ 3 900 dents saines, soit une moyenne de 11 par patient.

« J’avais rendez-vous parce que j’avais mal aux dents », raconte à l’AFP Yamina Abdesselem, 60 ans. « Il m’a dit qu’il devait dévitaliser toutes les dents. Je lui ai fait confiance. Il avait une belle pratique, il était tellement amical », se souvient-elle.

Aujourd’hui, elle vit avec des dents mal ajustées qui ne tiennent qu’avec beaucoup de colle. « Pourquoi a-t-il fait ça ? se lamente-t-elle.

Au tribunal, Guedj a présenté ses excuses à ses patients, mais a essayé de donner l’impression qu’il voulait agir dans leur meilleur intérêt. « Mes patients étaient comme une deuxième famille pour moi », a-t-il affirmé. « Je ne voulais blesser personne », a-t-il ajouté.

L’ancien dentiste a tenté en vain de faire qualifier ses actes de lésions corporelles par négligence. Cependant, il ne s’en est pas tiré.

L’accusation est de lésions corporelles volontaires avec mutilation, passible d’une peine maximale de dix ans de prison. Le verdict sera rendu jeudi à Marseille. (AFP)

Vers la page d’accueil

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.