Un frein aux procureurs de Milan ? Ne luttons-nous plus contre la corruption ? Parce que ce n’est pas le cas

Il existe un plan contre le parquet de Milan, selon certains magistrats et juristes étrangers. Un plan visant à arrêter l’activité que les procureurs milanais ont menée et mènent pour lutter contre la corruption. Et l’alarme serait telle – affirmer sans manquer d’attaquer d’autres magistrats et, entre les lignes, même le CSM – que l’OCDE devrait vérifier « si l’engagement de l’Italie dans l’application des lois anti-corruption est en baisse ». Bref, selon ceux qui ces experts dans notre pays, ils feraient un pas en arrière dans la lutte contre la corruption (ou présumée). Et, même, « certains procureurs et personnes du milieu des affaires » remettent en cause les moyens que le bureau de Milan a utilisés dans les affaires de corruption internationale », lançant des « accusations infondées » pour éliminer la lutte contre la corruption. Les signataires de ce document semblent avoir de nombreuses certitudes, mais de quoi parlent-ils ?

Il s’agit de l’enquête que le procureur de Brescia mène contre les procureurs Fabio De Pasquale, qui traite de corruption depuis des décennies, et Sergio Spadaro, désormais au procureur européen. Les procureurs de Brescia ont ouvert un dossier après l’acquittement de Claudio Descalzi et Paolo Scaroni dans le cadre du procès Eni-Nigeria. Dans les motifs de cette condamnation, le juge fait valoir que les procureurs milanais n’ont pas déposé de document – un enregistrement, notamment – qui « porte des éléments extraordinaires en faveur de l’accusé » parmi les procédures. De Pasquale, déjà à l’audience, avait expliqué qu’il ne l’avait pas fait parce que le document avait été jugé non pertinent.

Le procureur de Brescia enquête pour refus de documents officiels. Or, pour les auteurs de l’appel à l’OCDE, ces enquêtes sont quelque chose d’inouï : « Compte tenu des faits, tous du domaine public et bien connus des procureurs de Brescia qui enquêtent, nous sommes étonnés qu’ils aient décidé de porter des accusations contre De Pasquale et Spadaro. Face à l’évidence, il est tout simplement inexplicable qu’ils soient sur le point d’être accusés d’un crime », disent-ils, parlant d’une procédure qu’ils sauront sûrement bien s’exposer de manière aussi flagrante, mais dont les conclusions – quelles qu’elles soient – appartiennent aux services compétents, au procureur de Brescia précisément.

Bien que le premier degré du procès d’Eni soit clos, les surprises continuent de surgir. C’est ce matin que l’on apprend que, selon une expertise commandée par le procureur, certains chats toujours apportés par le supertest Vincenzo Armanna sont un faux. Ils étaient construits à l’art et cela a également été remarqué par le procureur Paolo Storari, qui avait remarqué que les numéros à partir desquels les chats étaient censés avoir démarré au moment des faits, en 2013, n’étaient même pas actifs. Storari avait bien vu. Et sa thèse est maintenant confirmée par les experts.

Mais revenons à l’appel à l’OCDE. Comme si cela ne suffisait pas, les signataires de ce document singulier – parmi eux la Française Eva Joly, candidate aux élections présidentielles de 2012 en France, où il a obtenu 2,2% des voix, et l’Américain Richard Messick, consultant en matière de corruption auprès de diverses organisations internationales – est également intervenu sur la succession à la tête du parquet. Francesco Greco, en effet, prendra sa retraite dans quelques jours. Parmi les candidats à sa place figurent Giuseppe Amato, procureur de Bologne, et Marcello Viola, procureur général de Florence. Maintenant, les auteurs de cette lettre écrivent : « Il y a des rapports selon lesquels son successeur sera un magistrat qui doute qu’il soit nécessaire de poursuivre activement les entreprises italiennes pour corruption internationale. Une invasion du terrain – dans celui du CSM qui devra faire le choix en regardant les curriculum vitae des candidats – pas récemment.

Pour les auteurs du texte, l’OCDE devrait évaluer si l’Italie a décidé – grâce à ce « plan » fantôme – de jeter l’éponge sur la corruption. Mais que nous disent les données ? Bien que peu à jour, et compte tenu du fait que la pandémie a pu changer certaines choses, les tableaux disponibles à ce jour nous donnent deux éléments : ce n’est pas exactement depuis hier que, sur une base nationale, de nombreuses procédures pour les différents délits de corruption se terminent par un acquittement. Et très souvent l’affaire est classée par le même procureur qui l’avait ouverte, avant qu’elle n’arrive dans une salle d’audience.

Les données les plus complètes sont celles du ministère de la Justice. En attendant l’arrivée des plus récents, nous pouvons analyser les tableaux pour la période 2013-2016. Les délits d’extorsion, de corruption, de crédit vanté et de trafic d’influences illicites sont pris en considération. Pour ce dernier, vous n’obtenez presque jamais de procès. Pour les autres délits, les inculpations varient de quelques dizaines – en cas de corruption d’actes judiciaires et de corruption d’un responsable d’un service public – à quelques centaines par an. En 2016, par exemple, 206 procédures de corruption ont été engagées pour un acte contraire aux devoirs officiels et 180 ont été définies. La même année, cependant, 110 procédures ont été engagées pour extorsion et 117 ont été définies. ceux-ci avaient commencé les années précédentes.

Les données les plus intéressantes concernent le résultat des jugements de première instance (la première instance est également l’acquittement de la haute direction d’Eni).

Prenons 2016. Sur 117 condamnations pour une prétendue extorsion, dans seulement 32 % des cas, il s’agit d’une condamnation pour laquelle il n’y a que des condamnations. Dans 31 % des cas, tous les accusés, ou le seul accusé, sont acquittés. Dans 22%, la même disposition contient des condamnations et des acquittements. Dans 12% des cas, la prescription est arrivée. Les 3 % restants ont été déclarés ne pas avoir à procéder pour d’autres raisons. En ce qui concerne la corruption dans l’exercice de la fonction – c’est-à-dire lorsqu’il y a promesse, et acceptation, d’argent ou autre pour un agent public d’accomplir un acte qui relève de sa compétence – il y a eu des condamnations dans 24% des 17 total des affaires, des acquittements dans 29% et un délai de prescription dans 41%. En cas de corruption pour acte contraire aux devoirs officiels – les procès sont beaucoup plus nombreux que dans les cas précédents, comme nous l’avons vu – les mesures d’acquittement et de condamnation sont égales : dans les deux cas 22%. Les 24% restants de contenu mixte. Dans 27% des jugements, cependant, le délai de prescription a été atteint, dans 4% il a été déclaré qu’ils n’avaient pas à procéder pour d’autres raisons. Il reste 1% qui figure dans le tableau sous la rubrique « autres phrases ».

Le nombre de corruption dans les actes judiciaires – c’est-à-dire lorsque la personne qui a une fonction publique prend de l’argent, ou accepte la promesse, de nuire à une partie au tribunal – en 2016 est très faible : seuls neuf dossiers ont été définis en première instance. Dans 56% des procédures, il a été condamné, dans 33% à un acquittement. Les autres mesures ne doivent pas procéder par prescription. Peu de condamnations (11%) et de nombreux acquittements (33%) au lieu d’affaires de corruption d’un responsable de service public. Même dans ce cas, cependant, nous parlons de moins de dix cas définis, dont 44 % se sont soldés par une peine mixte. Condamnation pour certains prévenus, acquittement pour d’autres. Comme pour le délit précédent, 11 % des jugements se sont soldés par la prescription.

En revanche, les procès conclus en première instance pour les personnes accusées d’incitation à la corruption sont dix fois plus nombreux (103). Et c’est ici que nous avons le plus grand nombre de condamnations, qui arrivent dans 59 % des cas. Absolution dans seulement un cas sur quatre. 4% des règlements et 8% des affaires se sont soldées par un non-lieu ou sous la rubrique autres condamnations.

Comme le montrent ces chiffres, le déroulement des procès pour délits de corruption est extrêmement volatile. Pour le simple fait que chaque cas a sa propre histoire.

Certaines indications proviennent également des données Istat, qui concernent les jugements définitifs. Les dernières en date datent de 2017, année au cours de laquelle 126 personnes ont été définitivement condamnées pour corruption pour acte contraire aux devoirs de fonction, 9 pour corruption pour acte officiel, trois pour corruption d’agent de la fonction publique, 86 pour incitation à la corruption. La même année, 1062 procédures ont été ouvertes pour 3770 infractions. L’année précédente, les enquêtes avaient été de 1067, pour près de 1300 accusations. Les variations sont minimes même en regardant 2015 : 1041 enquêtes pour 3519 hypothèses de crime.

Les données rassemblent toutes les différentes formes de corruption. Dans ce cas également il est bon de rappeler que les jugements définitivement prononcés concernent les années précédentes, mais comme nous sommes confrontés à des chiffres qui ne subissent pas de chocs trop forts, ces données donnent une idée de la fréquence à laquelle les enquêtes ouvertes pour ce genre des crimes sont déposés et n’arrivent pas juste devant un juge. S’agit-il de se retirer de la lutte contre la corruption ? Non. Cela signifie simplement que le procureur n’a pas trouvé les éléments pour étayer l’éventuelle accusation devant le tribunal. Et que l’ouverture d’un dossier contre une personne n’est pas un indice de sa nécessaire culpabilité. C’est la présomption d’innocence, rien de plus.

Il y a une corruption avérée, ce qui semblait être là mais en réalité n’existait pas. Et il y a de la corruption perçue. C’est-à-dire qui est basé sur les opinions et les analyses d’experts. Selon Transparence Internationale L’Italie s’est améliorée ces dernières années, passant d’un pays perçu comme plutôt corrompu à un État tendant à la propreté, mais encore loin des premières places du classement. Ce qui traduit en chiffres signifie : qu’il est passé de 42 points – zéro les pays considérés comme totalement corrompus – à 53. Loin de 100 qui indique des états qui sont tout à fait propres, mais en tout cas en lente évolution. Le perçu est une chose, cependant, une chose est ce qui est constaté dans les salles d’audience. Et dans ces derniers, aujourd’hui comme les années précédentes, des personnes sont acquittées et condamnées. Sans cela un certain nombre de condamnations en moins que l’année précédente, ni l’acquittement pour une affaire qui avait fait tant de bruit que le procès semblait déjà avoir été célébré par l’opinion publique, comme celui d’Eni, indiquant une relégation à l’opposé de la criminalité.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.