Un petit éclat montre la mise en réseau précoce des peuples – Mannheim

C’est un petit tesson de grande importance : en 1980, des archéologues de Wallstadt l’un des plus anciens établissements fouillés sur le sol de Mannheim, datant du 6ème millénaire avant JC. Aujourd’hui, il est l’un des symboles de plus de 30 000 ans d’histoire commune entre l’Allemagne et la France, dans une brochure initiée par les musées Reiss-Engelhorn et l’université.

Bloc d’annonces Mobile_Pos2

Contenu du bloc d’annonces_1

« La France sur le Rhin et le Neckar – 30 000 ans d’histoire relationnelle en 30 objets » est le nom du livret bilingue. Le tesson au décor en forme de bande constitué de petites incisions est considéré comme typique de la culture de La Hoguette, du nom de son premier site de découverte dans le département du Calvados en Normandie. Mais cela reste de telles céramiques aussi sur la Moselle et le Rhin et aussi dans Manheim ont été trouvés montre, selon le personnel du musée, « à quel point les colonies des gens du sixième millénaire avant JC étaient interconnectées », explique Rosendahl.

Parrainé par le pays

Et la brochure vise à montrer cette mise en réseau quand les pays de France et d’Allemagne et leurs frontières n’existaient même pas. Selon Wilfried Rosendahl, directeur général des musées Reiss-Engelhorn, et Hiram Kümper, président de l’Institut d’histoire de l’université, toute la région est riche d’une « variété colorée de manifestations de la culture française ». Avec l’appui d’une petite équipe et avec l’aide de l’Institut français, les professeurs Indravati Felicite (Paris) et Thomas Nicklas (Reims), ils ont réuni des objets exemplaires. La dessinatrice de Mannheim, Annika Frank, a fourni des illustrations qui agrémentent cette collection d’objets de manière amusante.

Outre les musées Reiss-Engelhorn avec huit objets, l’université, le Technoseum et la ville de Mannheim sont également représentés, ainsi que le Kurpfälzisches Museum Heidelberg, les musées de Viernheim, Ladenburg, Frankenthal, Worms et Speyer ainsi que le Patrimoine culturel de l’Unesco Lorsch avec une ou plusieurs expositions ont été inclus. Cela fait de la brochure un beau projet pour promouvoir le partenariat avec la France, ainsi qu’un exemple réussi de coopération entre le musée et l’université, selon Rosendahl. Il a été financé par le fonds de microprojets du concept de partenariat du Bade-Wurtemberg et de la France, avec lequel l’Etat veut favoriser la coopération avec la France et échanger davantage de part et d’autre du Rhin. La brochure est donc disponible gratuitement auprès des institutions participantes et sur leurs sites Internet.

Le prochain projet international est déjà en préparation. Fin septembre, les Reiss-Engelhorn-Museums accueillent l’événement de lancement du projet trinational « Le Rhin » du réseau de 38 musées d’Allemagne, de France et de Suisse. Il s’agit du plus grand projet culturel transnational sur le Rhin supérieur à ce jour.

plus sur le sujet

Salon fédéral de l’horticulture

Mammouths et cerfs géants conquièrent le site Spinelli à Mannheim

Publié
De
Peter W. Ragge

Musées Reiss-Engelhorn

Un exploit pour une pierre

Publié
De
Peter W. Ragge

archéologie

poste de traite depuis le Néolithique

Publié
De
Andrea Loebbecke

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.