Accord sur les sous-marins : l’Australie contredit l’accusation de mensonges de Macron

L’accord sur les sous-marins brisé entre la France et l’Australie continue de réchauffer les esprits. Après que le président français Emmanuel Macron a accusé le Premier ministre australien Scott Morrison de mentir à la demande d’un journaliste, ce dernier a brusquement rejeté les « insultes » contre l’Australie. Il a lui-même de larges épaules pour accepter les critiques, a déclaré Morrison lors d’une conférence de presse lors de la conférence des Nations Unies sur le changement climatique à Glasgow. « Mais ces insultes … je ne vais pas supporter les abus de l’Australie », a déclaré Morrison.

Macron avait explicitement exclu le pays dans sa déclaration en marge du sommet du G-20 à Rome et adressé ses critiques directement à Morrison. « J’ai beaucoup de respect pour leur pays, j’ai beaucoup de respect et d’amitié pour leur peuple », a déclaré Macron, selon des enregistrements vidéo, aux journalistes australiens. « Mais je dois dire que si vous vous respectez les uns les autres, vous devez être honnête et vous comporter d’une manière cohérente avec cette valeur. » En réponse à cette déclaration, le journaliste a demandé si Macron croyait avoir été menti par Morrison. « Je ne pense pas, je sais », a répondu le président.

« Nous n’avons pas volé une île »

Le clip ne dure qu’un peu plus d’une demi-minute. Dans la capitale australienne, Canberra, cela fait toujours sensation. Certains alliés politiques se sont rangés du côté de Morrison. Le chancelier de l’Échiquier Josh Frydenberg a critiqué le « choix linguistique extraordinaire » de Macron. Le vice-Premier ministre australien Barnaby Joyce, qui dirige le gouvernement en l’absence de Morrison, a recommandé à Macron de surmonter enfin l’accord sur les sous-marins rompu. « Nous n’avons pas volé une île, nous n’avons pas dégradé la tour Eiffel, c’était un contrat », a déclaré Joyce. Cela correspond à l’avis de certains Australiens, à qui la colère des Français semble excessive.

FAZ Frühdenker – La newsletter pour l’Allemagne

En semaine à 6h30

CONNEXION

En septembre, Paris a réagi avec fureur à l’échec de l’accord sur les armes et au nouveau pacte AUKUS entre l’Amérique, l’Australie et la Grande-Bretagne et a même retiré ses ambassadeurs de Canberra et de Washington. Macron et le président américain Joe Biden se sont entretenus au téléphone relativement tôt à l’époque et l’ambassadeur de France a été autorisé à retourner à Washington. La colère de la France contre l’Australie est plus profonde. L’ambassadeur de France Jean-Pierre Thébault n’est rentré à Canberra qu’à la mi-octobre. Morrison et Macron se sont entretenus au téléphone la semaine dernière. Lors de l’appel téléphonique, la partie française a appelé à des « mesures concrètes » de l’Australie pour « redéfinir » les relations.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.