L’Asie a connu l’année la plus chaude jamais enregistrée en 2020

L’Asie a connu l’année la plus chaude jamais enregistrée en 2020, ont averti les Nations Unies aujourd’hui, quelques jours seulement avant le début du sommet sur le climat COP26.

Dans le rapport annuel sur l’état du climat en Asie, le Organisation météorologique mondiale (OMM) a déclaré que toute la région a été touchée par le changement climatique.

« Les conditions météorologiques extrêmes et le changement climatique en Asie en 2020 ont fait des milliers de morts, déplacé des millions de plus et coûté des centaines de milliards de dollars », a déclaré l’OMM dans un communiqué.

« Le développement durable est menacé. L’insécurité alimentaire et hydrique, les risques pour la santé et la dégradation de l’environnement augmentent », a-t-il déclaré.

Dans le rapport, l’OMM fait également le point sur les pertes économiques annuelles dues aux risques climatiques.

Ceux-ci sont estimés à 238 milliards de dollars (205 milliards d’euros) en Chine, 87 milliards en Inde, 83 milliards au Japon et 24 milliards en Corée du Sud.

« Les risques climatiques et météorologiques, en particulier les inondations, les tempêtes et les sécheresses, ont eu un impact significatif sur de nombreux pays de la région », a déclaré le secrétaire général de l’OMM, Petteri Taalas, cité dans la même note.

inondations et tempêtes

En 2020, les inondations et les tempêtes ont touché environ 50 millions de personnes et causé plus de 5 000 morts.

Ces chiffres sont inférieurs à la moyenne annuelle des deux dernières décennies (158 millions de personnes touchées et environ 15 500 décès) « et reflètent le succès des systèmes d’alerte précoce dans de nombreux pays asiatiques », selon l’OMM.

L’année dernière a été la plus chaude jamais enregistrée en Asie, avec une température moyenne de 1,39 degré Celsius au-dessus de la moyenne 1981-2010.

Fin juin 2020, 38°C ont été enregistrés à Verkhoyansk, dans le nord-est de la Sibérie, en Russie, ce qui est provisoirement la température la plus élevée enregistrée au nord du cercle polaire arctique.

En 2020, les températures moyennes des eaux de surface ont atteint des niveaux records dans les océans Indien, Pacifique et Arctique.

Le rapport note également que les températures de surface de la mer dans les océans asiatiques augmentent plus fortement que la moyenne mondiale.

Par exemple, la mer d’Arabie et certaines parties de l’océan Arctique se sont réchauffées plus de trois fois la moyenne.

Les glaciers d’Asie reculent à un rythme accéléré et l’OMM prévoit que « leur masse diminuera de 20 à 40 % d’ici 2050, affectant la vie et les moyens de subsistance d’environ 750 millions de personnes ».

Voir aussi :

Liens utiles

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.