Les élections régionales en France se soldent par une défaite à la fois pour l’extrême droite et pour Macron | Monde

Le président Emmanuel Macron et la principale opposante au gouvernement, la leader ultranationaliste Marine Le Pen, ont été défaits au élections régionales de France finalisé ce dimanche (27), rappellent les résultats préliminaires du second tour diffusés par le réseau des radiodiffuseurs publics franceinfo en se basant sur les sondages à la sortie des urnes.

  • Le résultat du 1er tour des élections régionales pointait déjà vers la défaite pour Le Pen
  • Avec la résistance aux vaccins, la France peut imposer des vaccinations aux infirmières

Les Français sont allés aux urnes pour choisir le présidents des conseils régionaux. C’est un poste similaire à celui d’un gouverneur d’État. — la différence entre la France et le Brésil et d’autres fédérations comme l’Allemagne et les États-Unis est que, étant un État unitaire, ces gouvernements régionaux ont moins d’autonomie par rapport à Paris.

Selon les sondages de sortie des urnes, ni la gouvernementaliste « A República em Marcha » (LREM), ni la droite ultranationaliste Reunion Nacional (RN) — respectivement de Macron et Le Pen — n’ont élu l’un des 13 postes de président du conseil régional en cause.

Face à cela, le leader LREM et l’un des principaux alliés de Macron, Stanlislas Guerini, a reconnu que les résultats étaient une « déception ».

Carte – élections régionales en France — Photo : G1 World

Le centre-droit l’a emporté dans 7 des 13 régions en jeu dans ces élections, dont l’Île-de-France, dont fait partie le Grand Paris. La gauche a eu du succès dans 5 autres régions, tandis qu’un parti régionaliste l’a emporté en Corse. Voir CARTE ci-dessus.

Les résultats n’ont pas non plus égayé la base de Le Pen, car on s’attendait à ce que les votes de la droite française traditionnelle puissent migrer vers la droite nationaliste, ce qu’ils n’ont pas fait.

Xavier Bertrand, réélu par les Républicains conservateurs de centre-droit à la présidence de la région Hauts-de-France, s’exprime dimanche (27) à Saint-Quentin, France — Photo : Pascal Rossignol/Reuters

« L’extrême droite a été paralysée et nous les avons fait reculer fortement », a déclaré Xavier Bertrand, élu de centre-droit de la région Hauts-de-France, quelques instants après la clôture des scrutins. « Ce résultat me donne la force de poursuivre le vote de la nation », a déclaré Bertrand, faisant allusion aux élections de l’année prochaine.

Les électeurs votent à Hénin-Beaumont, dans le nord de la France, aux élections régionales françaises ce dimanche (27) — Photo : Michel Spingler/AP Photo

La presse française voit le résultat avec prudence et évite de dire que les déboires de Macron et Le Pen se répéteront lors de la présidentielle de 2022. Dans un éditorial, le journal « Le Figaro » a prévenu que le scénario reste ouvert pour l’année prochaine.

L’une des raisons en est la très faible participation à ces élections régionales : l’abstention a battu un record et atteint 66,7 %. Autrement dit, seul un Français sur trois habilités à voter s’est rendu aux urnes. Historiquement, les élections présidentielles ont un taux de participation beaucoup plus élevé.

VIDÉOS : L’actualité internationale

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.