Les exilés portugais montrent leur rôle dans l’histoire de France

Les exilés politiques portugais ont montré à Paris où ils vivaient, travaillaient et conspiraient pour aider leurs camarades à échapper à la guerre coloniale, mettre fin à la dictature au Portugal et écrire un chapitre de l’histoire de France.

« D’un point de vue historique, la révolution portugaise a été en grande partie créée par l’émigration ici. Au Portugal, il y avait beaucoup de peur. Même s’il n’y avait pas de police, c’était comme s’il y avait de la police dans nos têtes et pas ici », a déclaré Vasco Martins, un exilé politique arrivé en France en 1961, dans des déclarations à l’agence Lusa.

Vasco Martins a été le principal maître de cérémonie lors de la visite guidée du 13e arrondissement de Paris, où une trentaine de personnes se sont plongées dans la vie d’un exilé politique portugais arrivé dans la capitale française entre les années 60 et 70. porte de la mairie de ce quartier, la visite s’est poursuivie à partir de là.

Pour ces émigrants, l’arrivée se faisait normalement par la gare d’Austerlitz, une porte d’entrée importante pour ceux qui venaient en train. Entre le Portugal et l’Espagne, beaucoup d’exilés qui ont refusé la guerre coloniale ou ont été persécutés par le PIDE, ont fait « le saut », mais entre l’Espagne et la France ils ont trouvé une passerelle légale.

PUB • CONTINUEZ À LIRE CI-DESSOUS

« Aucun de nous n’avait de documents. Entre les frontières espagnole et française, il était possible de joindre la police française et de dire que nous venions travailler et avons reçu un document pour pouvoir chercher du travail », a expliqué Fernando Cardoso, président de l’Association des exilés politiques portugais.

L’essentiel était d’avoir une adresse et c’était une des fonctions de Vasco Martins. Installé à Paris depuis plus longtemps, ce Portugais, qui était actif dans les mouvements syndicaux et participait en mai 68, constituait le no. 15 rue de Moulinet, dans le 13e arrondissement, point d’accueil des camarades arrivant dans la capitale.

C’est à partir de là que l’on trouva du travail, un meilleur logement et aussi où s’organisèrent divers mouvements sociaux auxquels les Portugais participèrent activement jusqu’en 1974. Une des activités de ceux qui restèrent dans cette maison fut de vendre le journal « O Alarme » , qui a rapporté des nouvelles du Portugal censurées par le régime et a également rapporté des nouvelles des communautés portugaises.

Dirigé par Jean-Paul Sartre — alors que les exilés portugais avaient peur de reprendre la publication du journal et que l’intellectuel français s’est porté volontaire pour soutenir cette cause —, « O Alarme » a même été racheté par des émigrés portugais « qui ne savaient pas lire », mais voulait participer à l’effort de lutte contre la dictature, a rapporté Vasco Martins.

La visite s’inscrit dans le cadre du projet européen #ECOS, où des universités et associations du Portugal, de France et du Danemark se sont réunies pour retracer le parcours des exilés portugais, mais aussi pour montrer que le sentiment de ces personnes est proche des mouvements de réfugiés vécus aujourd’hui.

« Ce projet consiste à prendre une histoire que nous pensons importante de continuer à raconter, en particulier d’avoir les protagonistes avec nous. Mais l’histoire de l’exil portugais est une histoire actuelle. Tous les sentiments que ces personnes avaient dans les années 60 et 70 sont très proches de ce que ressentent les réfugiés aujourd’hui », a déclaré Sonia Ferreira, anthropologue et professeure d’université, qui fait partie de ce projet.

Les activités des différentes associations liées aux exilés politiques en France permettent aussi de reconstituer un parcours que les deuxième et troisième générations de descendants portugais ne connaissent pas toujours, car c’est un sujet dont on ne parle pas dans beaucoup de familles.

« Je me suis beaucoup questionné sur l’immigration portugaise et comment mes parents sont arrivés en France. Dans ma famille, personne ne parle donc il n’y a pas eu de réponse », a déclaré Anne-Marie Esteves, qui a participé à la visite dans le 13e arrondissement.

Née en France, Anne-Marie Esteves a décidé recherche d’elle-même et a trouvé l’association Memória Viva, qui recueille tous les souvenirs sous forme écrite, orale, de documents, de journaux ou de livres lié à l’émigration portugaise, étant désormais volontaire dans cette structure.

Ce qu’il a appris dans l’association lui a permis d’avoir plus d’arguments pour combattre les arguments de l’extrême droite française et défendre la place des Portugais dans l’histoire du pays.

« L’histoire de l’immigration portugaise fait partie de l’histoire de France. Nous sommes presque en période électorale et nous avons encore Marine Le Pen et ses idées, toujours en train de parler d’immigration », a déclaré la descendante portugaise.

La tournée s’est poursuivie du 13e arrondissement au 5e arrondissement, un site emblématique en raison des universités et des cafés du boulevard Saint Michel, où se réunissaient différents groupes de gauche et où les Portugais avaient une place prépondérante.

Pour en savoir plus sur ce mouvement, l’exposition « Contrariar o Silêncio » est présentée au Consulat général du Portugal à Paris jusqu’au 22 octobre, avec des documents et des récits de la vie de ces exilés à Paris et dans d’autres pays européens.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.