Musique de cour de l’époque baroque brillamment interprétée – Lörrach

Emmanuel Haas est un habitué de l’église Röttler avec sa flûte de pan – dimanche, il a fait une apparition avec l’organiste Alessandro Passuello.

Il est un invité régulier de l’église Röttler : le joueur de flûte de pan Philippe Emmanuel Haas de Riehen s’y produit régulièrement depuis plus de 30 ans. Dimanche, il a donné un concert de printemps avec des œuvres de la Renaissance et du baroque avec l’organiste Alessandro Passuello de Lugano.

La chaleur était probablement à blâmer pour le fait que seul un groupe gérable d’environ 30 auditeurs a trouvé son chemin dans l’église haute mais agréablement fraîche. Le virtuose suisse de la flûte de pan et son partenaire d’orgue expérimenté du Tessin, avec qui il a fait une dernière apparition à Rötteln en 2018, ont offert un plaisir d’écoute distinctif avec des pièces charmantes et très colorées des XVIe au XVIIIe siècles, principalement de France et Italie. Le programme était bien choisi avec beaucoup de musique courtoise qui était autrefois jouée pour le divertissement dans les cours royales, des mouvements de danse animés et des pièces joliment décorées. Le prélude du Te Deum de Charpentier, où le son puissant, clair et brillant de la flûte de pan se conjuguait efficacement avec le son de l’orgue, sonnait d’emblée festif et magnifique. Les deux musiciens ont capturé avec concision une suite de la Renaissance de Claude Gervaise et Michael Praetorius avec des mouvements de danse rythmés tels que la solennelle et solennelle gigue Pavane, la Gavotte, la sensuelle Volta ou l’Allemande. Pleins de vitalité et de joie de jouer, le joueur de flûte de pan et l’organiste ont interprété les séquences de danse avec leur gestuelle et leur caractère sonore particuliers. Passuello a utilisé efficacement les couleurs et les registres de l’orgue Röttler, qui convient parfaitement à cette musique ancienne. La pièce « La Magdalena » de Pierre Attaignant et l’air « Amor ch’attendi » de Giulio Caccini, dans lesquels Haas laissait merveilleusement « chanter » sa flûte de pan, sonnaient tout aussi stimulants dans la couleur et l’expression et très pointus dans l’interaction.

Le public a pu s’amuser royalement avec la suite de Michel-Richard Delalandes des « Symphonies pour les Soupers du Roy », musique qui servait autrefois à divertir le Roi Soleil et sa noble compagnie à la somptueuse table de Versailles. Les musiciens ont décliné cette atmosphère courtoise dans des mouvements tels que Grand Air, Bourrée, Rondeau, Contredance, Tambourin ou l’original Canarie. Haas et Passuello ont interprété ces compositions courtoises d’une manière captivante et joyeuse. La « Marche des Rois » de Lully sonnait pompeusement à grands pas. Une sonate de Benedetto Marcello du début du XVIIIe siècle était également magnifiquement ornée.

Les artistes avaient également des œuvres en solo avec eux. L’organiste s’est régalé d’un gracieux Canzon Ariosa d’Andrea Gabrieli et d’un impressionnant Concerto de Marcello dans un arrangement de Bach. En tant que soliste dans une suite des « Folies d’Espagne » de Marin Marais, Haas a démontré à quel point la musique baroque peut être magnifiquement interprétée sur une flûte de pan à l’accord baroque avec un son plus sombre mais coloré.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.