Nouvelles négociations avec Téhéran : la politique iranienne intransigeante

Ebrahim Raisi prend beaucoup de temps. Ce n’est que dans les prochaines semaines que le nouveau président iranien souhaite envoyer ses négociateurs à Vienne pour poursuivre les négociations nucléaires avec l’Occident, suspendues depuis juin.

Le régime de Téhéran signale déjà que les négociations seront difficiles en novembre : le chef de la délégation iranienne Ali Bagheri Kani n’est pas seulement un partisan de la ligne dure apparenté au leader révolutionnaire Ali Khamenei, mais aussi un opposant au traité nucléaire de 2015, qui est en cause à Vienne.

Le gouvernement de Raisi se voit en position de force. C’est pourquoi les appels à un rythme plus soutenu se font plus forts en Occident.

L’Occident veut empêcher une bombe atomique iranienne

A Vienne, une relance du traité devrait être discutée, qui devrait empêcher la construction d’une arme nucléaire iranienne. En échange de contrôles stricts sur le programme nucléaire de Téhéran, l’accord prévoyait une réduction des sanctions occidentales.

[Wenn Sie aktuelle Nachrichten aus Berlin, Deutschland und der Welt live auf Ihr Handy haben wollen, empfehlen wir Ihnen unsere App, die Sie hier für Apple- und Android-Geräte herunterladen]

Mais depuis lors, le président américain Donald Trump a mis fin à la participation américaine au contrat il y a trois ans et imposé des sanctions supplémentaires, l’accord n’a été que sur papier.

L’Iran ne se sent plus lié par les spécifications de son programme nucléaire et a poussé l’enrichissement d’uranium de 3,67 % autorisé à 60 % – un enrichissement de 90 % est nécessaire pour une bombe atomique. Ce que font exactement les Iraniens n’est pas clair, car Téhéran a restreint les options de contrôle de l’autorité de l’énergie atomique.

Le successeur de Trump, Joe Biden, propose à l’Iran un retour américain au traité si Téhéran s’en tient à nouveau aux règles. Au printemps, six cycles de négociations ont eu lieu pour discuter de la manière dont les deux parties peuvent se rapprocher.

Graphismes : Fabian Bartel

Les pourparlers à Vienne ont été interrompus pendant plusieurs mois

En particulier, les États signataires européens que sont l’Allemagne, la France et la Grande-Bretagne – appelés l’E3 – demandent instamment une solution. À cause de l’élection présidentielle en Iran Les pourparlers ont été interrompus en juin.

Raisi existe comme un préalable à une solution à la fin des sanctions américaines. La nomination de Bagheri Kani à la tête de la délégation en septembre était donc un signal : il est le frère d’un gendre du leader révolutionnaire Khamenei et est depuis des années l’un des plus virulents critiques du traité nucléaire.

Avant même les nouvelles négociations, Bagheri Kani avait tenté d’enfoncer des coins dans le front des États occidentaux. Il refuse donc une rencontre avec l’E3 et ne veut parler qu’aux trois pays européens individuellement.

Le négociateur américain Robert Malley craint que le programme nucléaire iranien ne soit bientôt si avancé que les violations des règles de l’accord ne puissent être annulées.

Y a-t-il une perspective de succès des pourparlers avec l’Iran. Le président américain Biden continue de miser sur une solution diplomatique.Photo : Nicholas Kamm/AFP

Jusqu’à présent, les États-Unis et l’Europe ont supposé que Téhéran souhaitait un accord rapide afin que l’économie en difficulté de l’Iran puisse être soulagée dès que possible en réduisant les sanctions.

Mais Raisi joue pour le temps. Son régime trouve de plus en plus de moyens de contourner les sanctions et de gagner beaucoup d’argent avec l’exportation de pétrole. L’Institut du Moyen-Orient à Washington analyse que l’Iran pourrait au moins compenser une partie des pertes de revenus causées par les mesures punitives.

Le pays exportait avant les sanctions de Trump Chaque jour, plus de deux millions de barils de pétrole (159 litres chacun) – aujourd’hui, selon les estimations des experts, il s’élève à 900 000 barils par jour. L’un des principaux clients est la Chine.

[Jeden Donnerstag die wichtigsten Entwicklungen aus Amerika direkt ins Postfach – mit dem Newsletter „Washington Weekly“ unserer USA-Korrespondentin Juliane Schäuble. Hier geht es zur kostenlosen Anmeldung.]

Certaines voix influentes appellent donc à plus de pression sur Téhéran. L’ancien coordinateur américain au Moyen-Orient Dennis Ross a écrit sur Twitter que l’Occident doit faire tout son possible pour ramener l’Iran à la raison. La patience américaine s’épuise maintenant.

Téhéran est-il sérieux ?

De jour en jour, des doutes grandissent à Washington quant à savoir si la République islamique est vraiment sérieuse quant à sa volonté de négocier – ou si les mollahs ont depuis longtemps fait leurs adieux à une nouvelle version de l’accord.

Le ministre des Affaires étrangères Antony Blinken a exprimé l’impatience croissante il y a quelques jours avec son choix de mots. Il a déclaré que si les pourparlers de Vienne échouent, « toutes les options » seront envisagées.

L’Iran a déjà enrichi ses réserves d’uranium à 60 %.Photo : imago / Stuart Miles

Blinken n’a pas poursuivi les « Options ». Mais dans une interview avec son homologue israélien, Jair Lapid, il a été question d’un « plan B ». Pour l’Etat juif, au moins, il est clair à quoi cela conduit en cas d’urgence : la force militaire.

Plus d’argent pour la défense d’Israël

Israël se prépare apparemment plus que jamais à d’éventuelles frappes aériennes contre les installations nucléaires iraniennes. D’une part, les députés de la Knesset ont récemment approuvé 1,5 milliard de dollars supplémentaires pour le budget de la défense.

L’argent doit être utilisé pour préparer un conflit armé avec Téhéran. D’autre part, le chef de l’armée Aviv Kohavi aurait demandé aux forces armées d’intensifier à nouveau l’entraînement aux attaques. Les dirigeants israéliens ne s’attendent pas à ce qu’un nouvel accord soit conclu.

Apparemment, certains joueurs ont déjà commencé une ligne plus dure contre Téhéran. Au cours des derniers jours, des pirates informatiques inconnus ont paralysé des stations-service iraniennes avec une cyberattaque.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.