Qui sont les protagonistes de la COP26 ? – 29/10/2021

Guillermo Ximénis.

Londres, 29 octobre (EFE).- Des dirigeants politiques, des militants, des organisations et des entreprises de plus de 200 pays se réuniront à la 26e Conférence des Nations Unies sur le changement climatique (COP26), qui se tiendra à Glasgow, en Écosse. Découvrez qui sont les personnages principaux de la réunion :.

PROTAGONISTES POLITIQUES :.

– JOE BIDEN : L’une des premières étapes de Biden en tant que président des États-Unis a été de réintégrer le pays dans l’Accord de Paris, après que son prédécesseur, Donald Trump, ait retiré le pays de cet engagement. Biden a fait de l’environnement l’un des piliers de son programme gouvernemental. La relation avec la Chine, tendue par les tensions commerciales et sécuritaires, sera l’une des clés diplomatiques de la COP26.

– JOHN KERRY : En tant que secrétaire d’État américain, il a signé l’Accord de Paris en 2015. Il est désormais l’envoyé spécial du gouvernement américain pour la crise climatique et jouera un rôle important à la Conférence après un an de nombreux voyages à travers le monde de préparation pour la réunion.

– XI JINPING : Les engagements pris au cours de cette décennie par la Chine, pays de 1,4 milliard d’habitants qui entend devenir la plus grande puissance mondiale, seront déterminants pour atteindre les objectifs climatiques de Paris. La présence du président du pays à Glasgow n’a pas été confirmée, bien que son absence ne soit pas nécessairement interprétée comme un revers de Pékin.

XIE ZHENHUA : Le vétéran du climat était le négociateur de la Chine dans les négociations avant les conférences de Copenhague et de Paris. La nomination cette année en tant qu’envoyé du pays asiatique a été interprétée comme une main tendue pour le rétablissement de la diplomatie climatique, après quatre ans de brouille sous le gouvernement de Donald Trump aux États-Unis.

– BORIS JOHNSON : Le Premier ministre britannique jouera un rôle de premier plan à Glasgow en tant qu’hôte de la COP26. Le gouvernement qu’il dirige s’est fixé pour objectif d’atteindre la barre des émissions de carbone zéro au Royaume-Uni d’ici 2050 et a fait de la lutte contre la crise climatique l’un des axes de ses politiques, même si en 2015, peu après la Conférence de Paris, Johnson reste sceptique. sur le rôle de la pollution humaine dans le réchauffement climatique.

– ALOK SHARMA : En tant que président de la COP26, le ministre britannique des Affaires, de l’Énergie et de la Stratégie industrielle jouera jusqu’en janvier de cette année un rôle central dans les négociations. Née en Inde, Sharma a voyagé dans des dizaines de pays ces derniers mois, dans le but d’ouvrir la voie à la Conférence, à la recherche d’engagements nationaux qui permettront de progresser vers les objectifs climatiques de l’Accord de Paris.

– MARIO DRAGHI : L’Italie est co-hôte de la COP26, donc le rôle du Premier ministre du pays serait de toute façon pertinent. Cependant, le protagonisme de Draghi augmente alors qu’il occupe la présidence tournante du G20, un groupe des principales économies du monde, qui se réunira ce week-end à Rome, avant le sommet sur le climat.

– NARENDRA MODI : Les objectifs d’émissions fixés par l’Inde, qui compte 1,3 milliard d’habitants, sont cruciaux pour freiner le réchauffement climatique. On s’attend à ce que Modi soit l’un des leaders mondiaux présents à la COP26.

– JAIR BOLSONARO : Le rôle du président du Brésil dans la préservation de l’Amazonie est considéré comme critique au niveau international, mais Jair Bolsonaro ne devrait pas assister à la Conférence.

ACTIVISTES ET PERSONNALITÉS :.

– GRETA THUNBERG : La militante suédoise de 16 ans est l’une des voix les plus influentes des mouvements écologistes. Des manifestations appelées « vendredis pour l’avenir » (les vendredis pour l’avenir) ont allumé la flamme de nombreux mouvements à travers le monde, exigeant une action urgente contre le changement climatique.

– PRINCIPE CHARLES : L’héritier du trône britannique est depuis des décennies un défenseur public des politiques de conservation et des causes environnementales. Charles accompagnera la COP26, tandis que la reine Elizabeth II a suspendu le voyage à Glasgow sur avis médical.

– DAVID ATTEMBOROUGH : Cet écologiste de 95 ans et présentateur de télévision britannique est l’un des défenseurs de la nature les plus connus de la planète. Ces dernières années, elle a permis de donner de la visibilité à des problématiques telles que l’accumulation de plastique dans les océans et l’extinction d’espèces.

– PAPE FRANCISCO : Le chef de l’Église catholique n’ira pas à la COP26, bien qu’il ait assumé la lutte contre le changement climatique comme l’une des priorités de son pontificat. François et d’autres chefs religieux du monde ont lancé ce mois-ci un appel urgent aux gouvernements pour qu’ils prennent des mesures concrètes et aient plus d’ambition lors de la Conférence.

ORGANISATIONS ET ENTITÉS :.

– GREENPEACE : L’organisation environnementale considère que la réunion qui se tiendra à Glasgow est la plus importante depuis celle qui s’est tenue à Paris, car c’est la première fois depuis une décennie que des mesures décisives doivent être prises pour lutter contre le réchauffement climatique.

– EXTINCTION REBELLION : Protagonistes de plusieurs manifestations au Royaume-Uni ces dernières années, les militants du groupe Extinction Rebellion ont bloqué plusieurs routes menant à Londres ces dernières semaines, afin de donner de la visibilité aux revendications. Le groupe prévient qu’il ne pense pas que les engagements qui seront signés à la COP26 soient suffisants.

– FORUM SUR LA VULNÉRABILITÉ CLIMATIQUE (CVF) : Un groupe de 48 pays, particulièrement vulnérables aux menaces climatiques, a formé un bloc pour défendre leurs intérêts. Parmi eux se trouvent le Costa Rica, les Philippines et le Bangladesh.

– OPEP : L’Organisation des pays producteurs de pétrole, qui fait partie des entités intergouvernementales participant à la COP26, rassemble certains des principaux producteurs mondiaux de pétrole, comme l’Arabie saoudite et l’Iran, et peut jouer un rôle important dans la transition énergétique des politiques pétrolières mondiales.

– AGENCE INTERNATIONALE DE L’ÉNERGIE (AIE) : L’organisation couvre 30 pays, dont les États-Unis, le Royaume-Uni, la France et l’Espagne, et se consacre à l’analyse et à la recommandation de mesures pour promouvoir l’utilisation d’énergies propres. L’agence a exhorté les membres à profiter de la reprise post-pandémique pour conduire la transition énergétique.

– ALLIANCE FOR ENERGY BEYOND COAL (PPCA) : La coalition qui regroupe 137 gouvernements nationaux et régionaux, organisations, impulsées par le Canada et le Royaume-Uni, vise à accélérer l’abandon de l’utilisation des énergies fossiles comme le charbon. EFE

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.