Sarkozy, ancien président de la République, condamné pour financement illégal de campagne – 30/09/2021 – Monde

Ce jeudi (30), le tribunal français a condamné l’ancien président Nicolas Sarkozy, 66 ans, pour financement illégal de campagne lors de sa tentative ratée de réélection en 2012.

Il s’agit du deuxième revers juridique pour le conservateur cette année – en mars, il a été condamné à une peine de prison pour corruption et trafic d’influence lors de sa campagne électorale de 2007.

Le procès a représenté la première fois qu’un ancien président du pays a été reconnu coupable d’une affaire de corruption menée alors qu’il était en fonction. Sarkozy a fait appel et la peine d’un an a été suspendue.

Dans la sentence de ce jeudi, l’ancien chef de l’État a été inculpé d’accusations dans l’affaire connue sous le nom de Bygmalion, une référence au nom de la société qui a organisé les rassemblements électoraux de 2012 et des versements hors de prix avec le parti de l’ancien président, União por um Movimento Popular ( maintenant républicains).

En vertu de la loi électorale française, les dépenses de campagne sont limitées pour garantir que les candidats se présentent sur un pied d’égalité. En 2012, la limite des campagnes présidentielles par candidat était d’environ 16,8 millions d’euros (106,5 millions de R$, cité jeudi) au premier tour et d’environ 5,7 millions d’euros (35,98 millions de R$) au second.

Les enquêtes lancées en 2014 ont révélé que la campagne de Sarkozy avait dépensé au moins 42 millions d’euros (265,26 millions de BRL), soit plus du double de la limite pour les deux équipes. Ainsi, les procureurs ont fait valoir que le but de la fraude était de cacher des dépenses excessives aux autorités électorales.

L’expérience de l’ancien président, qui a dirigé la France de 2007 à 2012, a pesé sur les arguments du parquet. Les procureurs ont déclaré que Sarkozy avait traité avec négligence les avertissements de ses conseillers concernant le volume incompatible d’événements de campagne, ce qui est inacceptable pour un vétéran de la politique.

« Ce n’était pas sa première campagne, il avait déjà de l’expérience en tant que candidat », a déclaré la présidente du tribunal, Caroline Viguier, qui a ordonné un an de prison ferme pour le conservateur — la peine peut être purgée à domicile, avec un bracelet de cheville. La sentence peut encore faire l’objet d’un appel.

Sarkozy a nié tout acte répréhensible. Il a déclaré au tribunal qu’il n’était pas impliqué dans la logistique de sa campagne pour un second mandat en tant que président ou dans la façon dont l’argent a été dépensé pendant la course électorale. En 2012, il a perdu sa chance de réélection au profit du socialiste François Hollande.

Malgré une tentative ratée de retour au pouvoir en 2016 et les défaites judiciaires qui ont suivi, Sarkozy est toujours populaire parmi les Français, en particulier parmi les groupes conservateurs. Son parti, les Républicains, n’a pas encore défini de candidat à l’élection présidentielle de 2022.

L’élection de l’année prochaine, selon le Agrégateur de recherche de sites politiques, aura une dispute entre l’actuel président français, le centriste Emmanuel Macron, et Marine Le Pen, d’ultra-droite, au second tour. Macron n’a pas encore annoncé publiquement sa candidature à un second mandat ; Le Pen, en revanche, s’est présenté comme candidat sans concours interne dans sa légende, l’Assemblée nationale.

Treize autres personnes ont également été accusées d’implication dans la fraude, dont d’anciens membres de l’équipe de campagne, des responsables du parti, des proches conseillers de Sarkozy et d’anciens dirigeants de Bygmalion. Les procureurs ont toutefois conclu qu’il n’y avait pas suffisamment de preuves pour déterminer le mentor du stratagème.

Au milieu de l’enchevêtrement des affaires juridiques pesant sur l’ancien président, des accusations selon lesquelles sa campagne aurait reçu des fonds de la dictature libyenne de Mouammar Kadhafi pour financer la campagne électorale de 2007 au cours de laquelle il a été élu président de la France – cette affaire n’a pas encore été jugée.

L’année dernière, les procureurs ont placé Sarkozy sous enquête formelle par une association de malfaiteurs, ce qui signifie que l’accusation a trouvé des preuves d’actes répréhensibles afin que l’enquête puisse suivre.

Au début de son mandat, l’homme politique français était proche de Kadhafi. Le dictateur a même été reçu à Paris en 2007. Cependant, en 2011, la France a contribué à l’écarter du pouvoir lors du printemps arabe, notamment en soutenant militairement les rebelles. Le dictateur a été tué alors qu’il tentait de s’échapper.

Une autre affaire, qui impliquait l’héritière de la société de cosmétiques L’Oréal, Liliane Bettencourt, a été classée sans suite. Sarkozy avait été accusé d’avoir profité de sa fragilité mentale pour obtenir des dons supérieurs au plafond légal et financer sa campagne présidentielle de 2007.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.