Soudan : la direction militaire limoge l’ambassadeur

Peu de temps après le coup d’État militaire au Soudan, la direction de l’armée aurait relevé de leurs fonctions l’ambassadeur du pays auprès de l’Union européenne et cinq autres diplomates.

Outre l’ambassadeur auprès de l’UE à Bruxelles, ceux des États-Unis, de Chine, de France et du Qatar ainsi que le chef de la mission soudanaise à Genève ont également été déposés. La télévision d’Etat soudanaise et la chaîne de télévision Al-Arabiya ont rapporté jeudi soir. Plusieurs ambassadeurs avaient auparavant condamné le coup d’État et exprimé leur solidarité avec le mouvement de résistance civile qui protestait contre les putschistes depuis des jours.

Prise de pouvoir

L’armée a pris le pouvoir lundi dans ce pays d’Afrique de l’Est de 44 millions d’habitants après que la situation s’était aggravée pendant des semaines. Le général Abdel Fattah al-Burhan a annoncé la déresponsabilisation des membres civils du gouvernement et a déclaré l’état d’urgence. Internet a été bloqué presque continuellement depuis lors.

Les ambassadeurs d’Allemagne et d’autres pays ont appelé à la réintégration du Premier ministre privé de ses pouvoirs, qui est désormais effectivement assigné à résidence. Ils reconnaissent Abdullah Hamduk comme chef du gouvernement et demandent une rencontre avec lui, a-t-il déclaré mercredi dans un communiqué conjoint de la délégation de l’UE et des ambassades d’Allemagne, de France, de Grande-Bretagne, des États-Unis et d’autres pays. Les ministres et représentants de la société civile détenus illégalement devraient être libérés immédiatement.

Les pays condamnent les coups d’État

Les ambassadeurs soudanais en Chine, en France, au Qatar et dans cinq autres pays ont publié mardi une déclaration conjointe condamnant le coup d’État et la « détention illégale » de membres du gouvernement. Votre soutien s’applique à « l’effort du peuple soudanais pour la liberté, la paix et la justice » ainsi qu’à la transition vers une démocratie permanente, a cité le « Soudan Tribune » dans la lettre. L’ambassadeur du Soudan aux États-Unis a fait une déclaration similaire par la suite.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a téléphoné à Mariam al-Mahdi, secrétaire d’État du cabinet Hamduk, mercredi (heure locale) et lui a proposé l’aide des États-Unis pour une transition non militaire vers la démocratie. Le gouvernement américain avait auparavant suspendu une aide financière de 700 millions de dollars américains pour le pays face à la prise de contrôle militaire. Les employés inutiles de l’ambassade des États-Unis à Khartoum ont depuis été autorisés à quitter le pays.

La Banque mondiale a également suspendu ses paiements au Soudan pour le moment, et le gouvernement allemand et l’UE ont menacé de prendre cette mesure. L’Union africaine a suspendu l’adhésion du pays jusqu’à ce que le gouvernement intérimaire sous direction civile soit rétabli. Et des dizaines de milliers de personnes en colère se sont rendues aux barricades dans les rues de Khartoum, se sentant trahies par leurs espoirs de démocratie et de réformes.

Le Soudan était dirigé par Omar el-Béchir depuis près de 30 ans. En avril 2019, le dirigeant de longue date a été démis de ses fonctions après des manifestations de masse et un coup d’État militaire. En conséquence, l’armée et l’opposition civile ont convenu d’un gouvernement de transition conjoint qui ouvrirait la voie aux élections. De nombreuses réformes ont suivi, qui ont permis au pays riche en pétrole mais appauvri de se libérer de décennies d’isolement. Le coup d’État menace maintenant la perte de ces réalisations durement gagnées, auxquelles de larges sections de la population résistent avec véhémence.

« Le gouvernement de transition dure maintenant depuis plus de deux ans, mais ce n’était pas un mariage d’amour », a déclaré l’envoyé spécial de l’ONU pour le Soudan, Volker Perthes, dans le « Süddeutsche Zeitung » (jeudi). « Les politiciens militaires et civils ont pris la décision rationnelle de travailler ensemble pour mettre le pays sur la voie de la paix intérieure après 30 ans de dictature et près de six décennies de guerre civile. » Ce partenariat a été riche en conflits dès le départ, a déclaré l’ancien directeur de la Science and Politics Foundation (SWP). « Nous, les Nations Unies, avons essayé de désamorcer par des moyens diplomatiques, mais nous n’avons pas réussi. »

Page d’accueil

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.