Un expert appelle à une étude nationale sur les abus en champ sombre | DOMRADIO.DE

Le psychiatre de Mannheim, Harald Dreßing, s’est prononcé en faveur d’une étude approfondie sur le champ obscur des abus et des violences sexuelles en Allemagne – basée sur le modèle d’une étude maintenant publiée en France.

« Je réclame depuis longtemps une étude nationale en champ sombre basée sur un large échantillon pour la République fédérale également », a-t-il déclaré mardi à l’agence de presse catholique (KNA) à Mannheim. En 2018, il a coordonné l’étude MHG sur les abus dans le domaine de l’église pour le compte de la Conférence épiscopale allemande.

Dreßing a souligné qu’il ne s’agissait « pas seulement des églises, car les violences sexuelles contre les enfants ont également lieu dans de nombreux autres domaines, dans la famille ou dans les clubs ». Une étude basée sur au moins 100 000 répondants était « en retard ». Dreßing dit qu’il peut entreprendre une telle étude avec son groupe de recherche, mais il n’y a pas de financement. « Ici, je vois la politique comme une obligation, dit le docteur.

Étudier depuis la France

Le psychiatre a également fait référence à l’enquête sur les abus à l’église en France. 28 000 personnes y ont été interrogées. Sur la base de cette base de données, les auteurs sont arrivés à environ 165 000 à 270 000 enfants et jeunes qui ont été maltraités par des prêtres et des religieux pour la période 1950 à 2020. Pour toute la zone de l’église, par exemple dans la zone de écoles, foyers et activités de loisirs de l’église, l’étude parle de 330 000 à 396 000 personnes touchées.

Dreßing a qualifié ces estimations et projections de sérieuses et fiables ; en même temps, il y avait toujours une incertitude statistique car trop peu de personnes ont été interrogées. « À mon avis, un échantillon beaucoup plus important serait logique afin de pouvoir faire des déclarations vraiment fiables. » Le scientifique a souligné qu’il ne fallait pas comparer directement les chiffres français avec les résultats de l’étude MHG. Surtout, environ 38.000 dossiers personnels diocésains ont été utilisés pour l’enquête.

Cette étude a porté sur 1 670 prêtres inculpés et environ 3 700 victimes d’abus pour la période d’enquête de 1946 à 2015. « Le nombre de victimes déterminé pour l’Allemagne dans l’étude MHG est la limite la plus basse. l’iceberg et le champ sombre sont beaucoup plus grands », a déclaré Dreßing.

Il y a encore des cas aujourd’hui

Dans le même temps, il était d’accord avec l’analyse de l’étude française, selon laquelle des abus continuent de se produire dans le domaine de l’église. Une évaluation des données MHG a montré que, par exemple, le nombre d’actes d’abus commis par des prêtres n’a pas diminué entre 2009 et 2015. « Même si ce résultat a été vivement contesté par certains diocèses, ce sont des calculs exacts », a déclaré le chef de l’Institut central de Mannheim pour la santé mentale.

Dreßing a souligné qu’il existe « des constellations de risques spécifiques qui encouragent les abus » dans l’Église catholique. Il a cité « le pouvoir clérical, la morale sexuelle dépassée, le célibat et l’exclusion des femmes des associations masculines » comme mots clés.

Afin de lutter contre les abus dans la société dans son ensemble et d’améliorer la prévention, Dreßing a appelé à une « commission vérité ». « Pour cela, cependant, vous avez besoin d’une volonté politique et d’une loi correspondante. La base juridique actuelle ne le prévoit pas. »

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.