Une enquête révèle une préférence pour des aliments plus durables

Par ailleurs, 78% indiquent que ces options ne sont pas toujours faciles à identifier et à trouver dans les supermarchés, ce qui justifie que seulement 66% pensent savoir acheter durablement.

L’enquête a été réalisée dans le cadre du projet Eat4Change, qui a été présenté aujourd’hui, en prévision de la Journée mondiale de l’alimentation célébrée le 16 octobre, par l’ANP|WWF.

Ces conclusions sont également ressenties dans les autres pays européens où l’enquête a été réalisée : les citoyens sont intéressés par une alimentation plus durable, mais manquent de connaissances sur la manière d’acheter et de consommer des aliments durables.

Les répondants portugais sont préoccupés par les impacts environnementaux causés par les aliments produits et consommés à grande échelle, tels que la pollution (94%), la perte de biodiversité (94%), la destruction des habitats (93%), le réchauffement climatique ( 94%) et les changements dans la qualité des lacs, des rivières et des océans (94 %).

Ces inquiétudes sont partagées au niveau européen, même si les pourcentages moyens oscillent entre 77 % et 80 %.

L’étude partage qu’ils ont peu de connaissances sur l’impact de la production alimentaire et des habitudes de consommation à grande échelle sur la santé de la planète, au-delà des régimes alimentaires individuels.

Alors qu’au niveau européen, 52% des personnes interrogées considèrent que les aliments que nous produisons et consommons ont un impact négatif sur l’environnement, ce nombre s’élève à 65% au Portugal.

« Nous sommes dans un système clairement déséquilibré qui reflète le système économique inégal. L’équilibre alimentaire a des impacts sur la santé publique, environnementale et même économique. Être local, saisonnier et méditerranéen n’est pas creux et fait défaut », a déclaré le secrétaire d’État à la Environnement , Inês dos Santos Costa lors de la présentation de l’initiative internationale

Le public cible principal d’Eat4Change sont les jeunes entre 15 et 35 ans, entend promouvoir des habitudes alimentaires durables qui contribuent positivement non seulement à la santé des citoyens, mais aussi à la planète.

Ces habitudes consistent notamment à lutter contre le gaspillage alimentaire et surtout à consommer davantage de produits d’origine végétale, certifiés, diversifiés et locaux et de saison, au détriment de la viande et des aliments transformés.

« Notre objectif est que, dans cinq ans, les Portugais mangent différemment » pour avoir « une meilleure santé mentale et physique », ainsi qu’une « meilleure nature », a déclaré la directrice exécutive de l’ANP|WWF, Ângela Morgado.

Le projet cherche également à collaborer avec les entreprises et les autorités afin d’adopter des pratiques de production et de consommation plus durables.

Financée par le programme Development Education and Awareness Raising (DEAR) de la Commission européenne, l’initiative a débuté en mai 2020 et se terminera en avril 2024, sous la coordination du WWF Finlande.

Eat4Change est mis en œuvre avec douze partenaires : ANP|WWF, AIESEC, WWF European Policy Office, Estonian Fund for Nature, Fundación Vida Silvestre Argentina et plusieurs bureaux du WWF (Autriche, Belgique, Brésil, France, Grèce, Royaume-Uni et Suède).

L’enquête a été réalisée entre février et mars 2021 en Autriche, Belgique, Suède, France, Grèce, Portugal, Finlande, Estonie et Royaume-Uni. 11 439 personnes ont répondu et tous les pays ont été pondérés pour être également représentés dans le total européen combiné

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.