Affaire Kavala, Erdogan s’est rétracté sur l’expulsion des ambassadeurs

Le chef de l’Etat turc : « Les dix diplomates se comportent conformément à la Convention de Vienne »

Suite à la communication émise par l’ambassade américaine à Ankara, la Turquie attend « des dix ambassadeurs qu’ils se comportent conformément aux Convention de Vienne » a déclaré le président Recep Tayyip Erdoğan. Cela a été rapporté par le journal turc pro-gouvernemental “Sabah quotidien”. Les propos d’Erdogan se réfèrent à la déclaration publiée par l’ambassade du États Unis, puis repris par les neuf autres représentations diplomatiques impliquées dans les tensions entre la Turquie et les pays occidentaux, inhérentes au respect de l’article 41 de la Convention de Vienne, qui stipule que les corps diplomatiques doivent se passer d’ingérence dans les affaires intérieures des pays dans lesquels ils servir. « Les déclarations des dix ambassades étaient une atteinte à notre système judiciaire et à notre souveraineté », a déclaré le chef de l’Etat turc, puis a poursuivi « il était de mon devoir de répondre à cette insulte ». Ces derniers jours, les tensions entre les diplomates des dix pays impliqués (France, Allemagne, États-Unis, Canada, Finlande, Suède, Danemark, Norvège, Hollande, Nouvelle-Zélande) et la Turquie s’est produite après que des postes diplomatiques ont demandé la libération de l’homme d’affaires Osman Kavala, qui a été emprisonné pour avoir participé aux manifestations de 2013 dans le parc Gezi et à la tentative de coup d’État de 2016. d’après les dernières déclarations d’Erdogan, les diplomates des ambassades concernées ne seront pas expulsés.

La demande de déclarer les dix ambassadeurs « persona non grata » a été soumise le 23 octobre par Erdogan au ministère turc des Affaires étrangères. Les dix représentants sont ceux du Canada, de la France, de la Finlande, du Danemark, de l’Allemagne, des Pays-Bas, de la Nouvelle-Zélande, de la Norvège, de la Suède et des États-Unis, soit quatre membres du G7 et sept alliés de l’OTAN. L’ambassade américaine il a déclaré dans une courte note qu’il respectait l’article 41 de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques, une démarche également partagée par le Canada, la Finlande, le Danemark, les Pays-Bas, la Suède, la Norvège et la Nouvelle-Zélande.

Selon le principal opposant d’Erdogan, le chef du Parti républicain du peuple (CHP), Kemal Kilicdaroglu, la démarche du président était une « diversion » visant avant tout à trouver les causes de la crise économique turque à l’extérieur. « La raison de ces mesures n’est pas de protéger les intérêts nationaux mais de créer des raisons artificielles à la chute de l’économie », a déclaré Kilicdaroglu sur Twitter. Comme l’a indiqué Kilicdaroglu, nombre des décisions de politique étrangère prises par le président turc ces dernières années ont été avant tout une tentative de nourrir le nationalisme turc dans le but de blâmer de prétendus ennemis extérieurs, parmi tous les États-Unis, pour la situation économique.

En fait, même si la Turquie était l’une des rares grandes économies à croître en 2021, avec une croissance de près de 20 % au deuxième trimestre, le pays est plombé par une inflation élevée et l’effondrement de la monnaie nationale. L’inflation tourne actuellement autour de 20%, tandis que la livre turque a touché un nouveau plus bas face au dollar après les déclarations du 23 octobre, approchant 10 lires pour un dollar ce matin, avant de se stabiliser autour de 9,63. La livre turque a perdu près de 22% de sa valeur depuis janvier. Pour aggraver encore la situation économique de la Turquie, une politique monétaire complètement illogique, avec une banque centrale de facto dépendante des demandes d’Erdogan.

Le 21 octobre, la Banque centrale turque a abaissé le taux d’intérêt de référence de deux points de pourcentage de deux points de pourcentage, le portant à 16%, sur les conseils d’Erdogan, ignorant les avertissements des analystes sur les risques liés aux taux de change et à l’inflation. La politique de plus en plus anti-occidentale d’Erdogan éloigne la Turquie de l’OTAN. Après l’expulsion du programme Joint Strike Fighter pour la production du chasseur F-35 de cinquième génération, suite à l’achat du système de défense antimissile S-400, la Turquie envisagerait également d’acheter les chasseurs russes Su-35 et Su-57, au cas où les pourparlers avec les États-Unis concernant l’achat de chasseurs F-16 et la modernisation d’environ 80 avions de combat du même type. Le 18 octobre, le chef des industries de défense turques, Ismail Demir, a déclaré dans une interview au diffuseur « Ntv »: « Si les États-Unis n’approuvent pas l’accord sur les F-16 après l’affaire F-35, la Turquie ne pas être laissé sans alternatives.

Lire aussi d’autres actualités sur Nouvelles de Nova
Suivez-nous sur les réseaux sociaux de Nova News sur Facebook, Twitter, LinkedIn, Instagram, Télégramme

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.