quand les jeux vidéo sont un outil

Si vous êtes un joueur d’antan, vous connaissez très bien cette saga, car elle fut l’une des plus importantes sur PC il y a quelques décennies et marqua même la porte d’entrée pour beaucoup vers le genre des jeux de stratégie en temps réel. Ainsi, après 15 ans sans titre dans la franchise, Age of Empires IV arrive avec un concept fidèle à son histoire, mais avec un jeu de nouveautés qui attirera l’attention de ceux qui n’y ont jamais joué.

Étant un jeu Xbox Game Studios, il est maintenant disponible sur Game Pass, mais il peut également être acheté via Steam et ses développeurs ont promis que plus de contenu arrivera à l’avenir, pour ajouter plus de civilisations aux huit qu’il possède déjà.

A lire aussi : Xbox Game Pass augmente ses abonnés, bien que moins que prévu par Microsoft

Quoi de neuf dans AOE IV ?

Personnellement, j’ai toujours eu un gros doute sur ce que pouvait faire de nouvelles choses AOE, car même en jouant aux titres classiques, cela ressemblait déjà à une formule avec beaucoup de choses inventées et établies, ce qui semblait difficile de renverser certaines mécaniques ou d’innover dans quelque chose qui était déjà là. donc parfaitement équilibré.

Mais dès que j’ai commencé à jouer au didacticiel, j’ai réalisé tout ce que ce jeu allait offrir de nouveau. En premier lieu, les sièges ne seront plus aussi simples à exécuter, il ne suffira donc pas d’avoir une grande armée de soldats s’il y a un mur devant, car ils ne pourront pas le combattre et il faudra avoir des béliers pour pouvoir les démolir, plusieurs d’entre eux Ils nous permettront d’attaquer directement le mur et d’autres pour pouvoir l’escalader pour tuer les archers et entrer dans les villes.

Nous trouvons donc ici une grande nouveauté qui affectera non seulement notre stratégie offensive, mais aussi pour notre défense, avoir des murs solides sera la clé. En plus de gérer la construction de ces béliers, qui ne sont pas en charge des bases mais des soldats eux-mêmes.

Ensuite, nous allons rencontrer une intéressante variété de civilisations. Plus que jamais la différence entre les Anglais, les Français et surtout les Mongols sera nette. Ces derniers servent d’exemple pour expliquer les changements, car ce peuple est très différent des autres, étant des nomades nous pouvons emmener nos bases vers d’autres territoires et ce ne seront pas de très grandes constructions, mais plutôt petites et basiques, ce sont aussi des pillages peuples, ainsi en attaquant une autre ville et en détruisant leurs maisons et ainsi de suite, nous volerons leurs ressources. De plus, leur attaque est un peu plus « brutale », leurs chevaux sont un élément important et ils vont toujours en tête.

A lire aussi : Twitch ajoute un bouton pour rembobiner une diffusion en direct

Et c’est ce qui se passe avec d’autres civilisations, qui ont leurs variations non seulement dans les types de constructions, mais dans la manière dont ils obtiennent les ressources et les styles d’attaque.

Une autre nouveauté importante sera la variété des missions. Le mode campagne est un délice narratif, la façon dont ils nous racontent l’histoire est documentaire (nous allons approfondir) et a un large répertoire de missions, car toutes ne se limitent pas à simplement obtenir des ressources, construire des lieux, créer une armée et attaque. Au contraire, certains se concentreront uniquement sur une bataille historique du Moyen Âge et Nous devrons exécuter la même stratégie que les ancêtres, donc parfois nous devrons faire des embuscades, nous cachant dans les arbres et différents points de la carte pour anéantir des armées plus grosses que les nôtres. En lui donnant une grande orientation stratégique qui nous aidera sûrement à apprendre pour les autres modes de jeu. De plus, les chefs ou héros ont une capacité spéciale qui affecte les soldats, certains donnent plus d’armure, plus de vitesse ou plus de force pendant un certain temps.

Parmi les modes de jeu, il y a aussi les escarmouches, qui sont les traditionnelles avec lesquelles nous jouerons contre l’IA, créant notre civilisation à partir de zéro et cherchant à les vaincre. Bien qu’il y aura Des nouveautés sur les cartes, certaines avec plus de montagnes que d’autres ou encore des objectifs intermédiaires, comme s’emparer d’autels pour avancer.

A lire aussi : GTA Trilogy Remastered annonce sa date de sortie et montre ses améliorations

Le jeu vidéo comme outil pédagogique

Tout ce que nous vous avons déjà dit auparavant est un délice jouable, mais sans aucun doute le grand coup porté à la table qu’AOE IV donne est dans la façon dont il raconte l’histoire en mode campagne.

Si vous aimez regarder des documentaires sur l’histoire, la guerre, les civilisations anciennes et tout cela, ce jeu vous plaira beaucoup. Avant chaque mission, le jeu nous met en contexte, racontant ce qui s’est passé à ce moment-là et comment les rois et les soldats attaquaient, ce qui s’est passé après cette attaque, comment une civilisation s’est développée et l’importance de faire un certain siège.

Le tout avec des cinématiques dramatisées et des prises de vue dans les vrais champs de bataille, ce qui nous donne une très grande sensation d’immersion. Il y a même de vrais acteurs qui créent la scène que nous allons jouer. Plus loin, Chaque mission nous permettra de débloquer des vidéos pour en savoir encore plus, expliquant comment la catapulte, les arbalètes ou chacune des armes qui ont été utilisées ont été créées.

C’est un outil pédagogique à fort potentiel. Parce que peut-être pour beaucoup, l’histoire peut être ennuyeuse ou pas très importante, mais quand nous trouvons un récit comme celui-ci, cela nous pousse vraiment à aller chercher du pop-corn et à nous asseoir pour voir tout le travail d’enquête qui était derrière ce jeu.

Alors… est-ce que Age of Empires IV en vaut la peine ?

Si vous êtes un joueur sur PC ou que vous vous souvenez de cette saga avec nostalgie, c’est un oui géant. Il y a beaucoup de choses améliorées et les jeux donneront toujours quelque chose de nouveau. Le jeu a l’air très bien, et bien qu’il y ait quelques défauts dans l’intelligence artificielle, à la fois des ennemis et de notre armée, on en profite sans problème. De plus, il a un récit historique qu’aucun autre jeu ne peut donner, racontant l’événement réel et nous mettant ensuite à le résoudre.

Bien sûr, c’est un jeu pour les gens avec le temps. Les jeux peuvent prendre quelques heures et ce n’est pas par hasard. La campagne dure environ 35 heures, mais si vous n’êtes pas très doué, cela peut être plus. C’est donc quelque chose à garder à l’esprit.

Mais AOE IV est une belle surprise, qui apporte un beau paquet de nouveautés, beaucoup d’intensité dans les combats, attire l’attention sur la gestion des ressources et sa section narrative est un outil pédagogique au potentiel unique.

Cela peut vous intéresser : Dans marketrcn.com vous trouvez des produits technologiques étonnants avec des remises à ne pas manquer

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.