Basketteurs fiers et sociables – EM « ligue complètement différente »

L’anniversaire de Franz Wagner a été fêté par ses coéquipiers lors d’un dîner convivial, le capitaine Dennis Schröder a réchauffé l’atmosphère à table encore et encore : après la démonstration de puissance contre les champions d’Europe de Slovénie, les basketteurs allemands se rendent à Cologne avec beaucoup d’auto- -en confiance et de bonne humeur, où lors du tour préliminaire du Championnat d’Europe la première pierre de la première médaille depuis 2005 doit être posée.

La victoire 90:71 contre la Slovénie et la superstar Luka Doncic a donné au moins un bref sentiment à l’équipe allemande : nous pouvons battre n’importe qui comme ça ! Il faudrait que cela se prouve jeudi (20h30 / Magentasport) lors du coup d’envoi du Championnat d’Europe face à la France.

Schröder : « L’EM est une ligue complètement différente »

Le capitaine Schröder, qui a repris il y a quelques semaines le poste de Robin Benzing, qui avait été trié, a prévenu directement : « L’EM est à nouveau dans une toute autre ligue. Nous devons laver cela et être prêts pour le Championnat d’Europe. Parce que ce sera une autre ligue dans le groupe bombe avec la Slovénie, la France et la Lituanie. » Avec Schröder comme meneur de jeu, Franz Wagner comme ailier extrêmement polyvalent et Johannes Voigtmann au milieu, le sélectionneur national Gordon Herbert a trouvé le cadre qui le portera. à travers le Championnat d’Europe malgré de nombreux échecs marquants.

Avant le vol de Munich à Cologne mardi matin, Schröder et ses fiers collègues ont eu une dernière journée de détente. Au départ, rien de plus qu’une régénération et un dîner en commun étaient au programme. Les semaines à venir seront suffisamment chargées avec neuf matchs théoriquement possibles en 18 jours. En plus du succès respectable et de la qualification presque terminée pour la Coupe du monde pour 2023, les 6136 fans qui ont bruyamment fouetté l’équipe allemande en avant ont donné un coup de pouce. Un avant-goût de ce que cela pourrait être à Cologne ou lors de la finale à Berlin à partir du 10 septembre.

« Ça va être vraiment cool. Nous avons vraiment hâte d’être à jeudi », a déclaré Wagner. Le Berlinois a eu 21 ans samedi, n’a fait ses débuts sous le maillot national que cet été, mais joue comme un vétéran arnaqué. En plus de Schröder, dont la cheville récemment blessée semble tenir le coup, Wagner est le très grand espoir qu’il puisse vraiment décrocher la médaille qu’il s’est fixée. « C’est un jeu complètement différent de celui de la NBA, mais j’ai beaucoup de liberté et c’est super pour moi en tant que jeune joueur, bien sûr », a commenté Wagner, qui joue pour le Magic d’Orlando en NBA.

Bonne ambiance dans l’équipe allemande

Son frère Moritz n’est pas sur le terrain en raison d’une blessure, mais a tiré sauvagement depuis la ligne de touche à Munich. Signe aussi de l’état d’esprit de l’équipe juste avant le début du tournoi, même si de nombreux échecs avaient entre-temps entamé la confiance en un EM performant. Dans le groupe B extrêmement fort, l’Allemagne, malgré l’avantage du terrain, est plutôt un outsider dans la course – la France, la Lituanie et aussi les Slovènes autour de Doncic, qui s’affaiblissent à Munich, sont mieux notés.

Une décision importante sera prise pour Herbert et l’équipe nationale mardi. Ensuite, Daniel Theis des Indiana Pacers veut annoncer s’il peut ou non jouer après une blessure au genou. Il était « très confiant », a déclaré Theis dimanche avant son retour à l’entraînement en équipe. Le professionnel de la NBA jouerait un rôle important sous le panier aux côtés de la tête de série Voigtmann, notamment défensivement. «Ce serait super important si Daniel était là. Ce serait vraiment cool d’avoir Daniel avec nous », a déclaré la jeune star Wagner.

Page d’accueil

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.