« Les auteurs francophones doivent commencer »

Nnedi Okorafor, NK Jemisin, Tade Thompson… Dans la science-fiction, le fantastique et le fantastique, les auteurs anglophones africains et afro-américains ont imposé leur imaginaire. Mais qu’en est-il des francophones ? Réponse avec Mami Bougouma Deane, rédactrice de la newsletter « Omenana » qui a lancé un appel à contributions.

Magazine de science-fiction, fantastique et fantastique (SFFF) Omenana (« divinità », en Igbo) a lancé un appel à l’actualité des auteurs africains francophones, Qu’ils aient déjà publié ou non. Sa maison d’édition francophone, la franco-sénégalo-américaine Mami Bogoma Diene, fait un premier bilan des ouvrages reçus.

Jeune Afrique : Où vous ai-je invité pour obtenir les documents ?

Mami Boukouma Doyen : Le dernier appel a été clôturé le 20 août. Nous publierons certaines des propositions contenues dans le numéro cette semaine. Nous avons reçu relativement peu de nouvelles, mais nous constatons une nette amélioration par rapport au premier appel lancé plus tôt cette année. Ensuite, nous avons reçu sept textes, mais trois étaient du même auteur et une seule femme a répondu.

Cette fois, nous en avons collecté huit, chacun écrit par une personne différente. Les femmes et les hommes sont représentés dans des proportions égales. On nous a également proposé des nouvelles qui ne correspondaient pas à notre demande.

Mami Boukouma Deane est l’auteur de Gal Guy – A Story of Love, Death and Migration. © Umona

Nous travaillons avec deux auteurs très motivés et un auteur ! Je suis particulièrement heureux de travailler avec un jeune écrivain de 17 ans d’origine franco-malienne qui est très talentueux et apporte un éclairage profond sur la société africaine. Hâte de le lire aussi !

Les réponses sont-elles venues davantage de la diaspora ou du continent ?

La plupart des auteurs qui ont participé à cet appel sont situés sur le continent. L’activité provient d’Afrique subsaharienne (Congo, Guinée, Sénégal, Maurice, Mauritanie) et du Maghreb (Algérie, Maroc) ou des Caraïbes (Guadeloupe, Martinique). Les écrits du continent lui-même sont d’autant plus nombreux que la diaspora afro-caribéenne francophone n’est pas aussi importante que la diaspora anglaise, espagnole ou portugaise.

Illustration du Nigérian Sunny Efimina pour « Pacte du Fleuve » de Mustapha Mbaki Diop. © Arte Sunny Efimina

Sur votre compte Twitter, fin août, je vous avais promis une réponse courte, donc c’est beaucoup de travail ?

Promesses tenues, les réponses ont commencé à se répandre à partir du 5 septembre, à commencer par les histoires rejetées. Et même lorsque nous refusons une proposition, nous essayons d’inclure dans notre réponse un avis utile sur les raisons de notre refus, et notre objectif est avant tout d’encourager les auteurs et de faire avancer la scène littéraire.

Toutes les plumes sans exception sont « prometteuses ». Ils écrivent bien et ont de bonnes idées

Il faut plus de temps pour penser aux personnes dont on s’occupe, et le processus d’édition est évidemment plus étendu. Nous sommes six à revoir ce qui nous a été présenté. Woppa Diallo, mon épouse, avocate des droits humains et militante féministe, Ketty D. Steward, auteur et psychologue martiniquaise, Alain Ducharme, enseignant et directeur littéraire du magazine canadien république des centauresAnna, Youssef et Anne Rachdi qui travaillent dans des cinémas en Algérie et moi-même. Pour le reste j’en ai parlé dans ouverture passée Omenana.

Avez-vous déjà remarqué certains noms qui promettent des plumes ?

Oui, à part ceux que l’on peut lire dans le magazine, je voulais voir ce qui se passe avec les textes rejetés, qui par nature sont tellement plus. Toutes les plumes sans exception sont « prometteuses ». Les gens qui se sont manifestés écrivent bien et ont de bonnes idées. Le problème qui se pose est le problème de toutes les scènes artistiques sophistiquées. D’un côté, il y a ceux qui ont du talent naturel et de l’expérience. Ils se démarquent d’emblée : leurs œuvres sont bien formatées, l’écriture est claire, et le texte lui-même est déjà un conte.

D’autre part, les soumissions échouées ne sont pas parce que l’écriture est mauvaise, mais parce que leur auteur n’a jamais été publié et n’a jamais collaboré avec les éditeurs. Les histoires manquent de cohérence malgré les bonnes idées. Cela était également vrai pour Omenana Initialement en anglais. En fait, il y a plus de gens qui peuvent envoyer des messages, il faut du temps pour faire passer le mot et pour qu’ils voient que nous livrons des histoires de qualité. Cela les encouragera à prendre des initiatives et aidera ceux qui en ont mais n’ont pas encore l’expérience à progresser.

D’un point de vue plus large, peu d’auteurs africains francophones de la SFFF sont connus. Quel livre recommandez-vous ?

C’est là que réside le problème ! Nous savons quelque chose nous-mêmes, d’où cette initiative, qui s’inscrit dans un cadre plus large et n’en est qu’à ses balbutiements.

Omenana est un magazine de fiction spéculative axé sur l'Afrique et la diaspora africaine.

Omenana est un magazine de fiction spéculative axé sur l’Afrique et la diaspora africaine. © David Mutoto

Je recommande particulièrement le jeune écrivain et étudiant en médecine sénégalais Mustapha Mbaki Diop, que nous avons publié avec Le Pacte du rivière dans l’édition précédente. Le prochain numéro contient une nouvelle de l’écrivain algérien Rachid Wadah et un texte de Michael Roach des Caraïbes. Mais je n’en dis pas plus, vous découvrirez de nouvelles plumes dans notre nouvel ouvrage.

En plus des auteurs que nous publions bien sûr, je citerai aussi Hamido Bah El Guiny, La sénégalaise Emily Diack Et l’Ivoirien Yan Cedric A. Olio. Tous les trois sont romanciers et n’écrivent pas sous forme abrégée à ma connaissance. J’espere’Omenana Et à la fin, Monde Rivista Il laissera les autres sortir du bois.

Avez-vous déjà publié en français ?

J’écris 99% du temps en anglais. Il a été publié dans le magazine français galaxies Il y a deux ou trois ans, dans The Flying Migrant, une comédie sur l’immigration récente en France, j’ai travaillé un temps pour l’Organisation internationale pour les migrations. Et il y a de nombreuses années, fille goy Publié par Edilivres. Je collabore également avec Alain Ducharme dans l’histoire République Centaure.

J’ai quelques petites choses en préparation, mais j’ai tendance à ne pas me concentrer sur le français. L’anglais est ma langue maternelle, la scène francophone n’est pas la plus attractive, peu de magazines ou d’anthologies paient les auteurs, les textes sont à peine vus, etc. j’ai raison Omenana, donc je n’y présenterai pas non plus mes créations. Comme le dit Amonbophis dans La mission de Cléopâtre : « Il n’y a pas de palais… il n’y a pas de palais ! »

Sans une scène littéraire abordable, il y aurait très peu d’auteurs. Mais malgré ses défauts, il y a une scène francophone, un cercle, quoique petit. Rien en Afrique. Nous espérons que nous pourrons y remédier un peu.

Comment voyez-vous l’avenir de la littérature de fiction africaine ?

Je suis sûr. Le talent est là, mais nous allons toujours plus loin en travaillant notre art plutôt que de nous concentrer uniquement sur le premier. Nous espérons que les auteurs qui nous envoient leurs histoires continuent d’écrire, de développer leur style, de développer leur imagination et, de la même manière, nous l’avons fait.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.