L’histoire d’amour (ou chanson) de Brigitte et Emmanuel Macron | International

Quand Brigitte regarde Emmanuel, elle voit un prodige, un génie. Quand Emmanuel regarde Brigitte, il voit une lueur particulière dans ses yeux.

« Ça donne l’impression qu’en ce moment il découvre en elle un mélange entre Brigitte Bardot et Golda Meir », dit l’écrivain français Gaël Tchakaloff (Toulon, 49 ans) faisant référence à la légendaire actrice et Premier ministre d’Israël dans les années 70, symboles respectifs. de beauté et de puissance. « Elle le fascine. J’adorerais qu’un mec me regarde comme ça », ajoute-t-il dans un café de Saint-Germain-des-Près, le plus littéraire des quartiers parisiens.

Tchakaloff connaît bien le président français et son épouse. considère Brigitte comme une amie; avec lui, la relation n’est pas si étroite. Elle les connaît depuis avant son installation à l’Élysée en 2017.

Entre 2020 et 2021, l’écrivain a passé des heures et des heures dans le Château, comme on appelle le siège présidentiel au centre de Paris, vivait avec la première dame et accompagnait le chef de l’État dans ses actes publics. Il avait un accès inhabituel aux coulisses. Noté. Il a pris des notes.

Sur la base de ses notes, il a écrit Tant que nous sommes tous les deux (« pendant que nous sommes ensemble », encore inédit en portugais), un portrait impressionniste et sympathique des Macron, sans révélations ni nouvelles inconfortables, mais avec des notes et des coups de pinceaux qui nous permettent de comprendre un peu plus sur une histoire fascinante et déconcertante. coupler. Il y a dans le livre de Tchakaloff quelque chose des chroniques de la cour de Versailles et du roi Soleil dans un pays qui n’a jamais abandonné l’arrière-plan monarchique et qui a fait de son président un roi élu et sans couronne, omnipotent et, d’après ce qu’on voit dans ces pages, également fragiles.

A jornalista francesa Gaël Tchakaloff, autora do livro ‘Tant que nous sommes tous les deux’.BUREAU MARTIN (AFP)

« Tout ira bien tant que nous serons ensemble », confie Brigitte Macron à l’auteur à la fin du livre. La phrase, qui donne le titre à l’œuvre, semble tirée d’une chanson romantique, mais révèle quelque chose de la mentalité du couple depuis leur rencontre. L’histoire est connue. Il avait 16 ans et était un élève exemplaire à Providence, l’école des Jésuites de la ville provinciale d’Amiens, dans le nord de la France ; elle, fille d’une famille bourgeoise, était son professeur de théâtre, avait 40 ans et était mariée à un banquier avec qui il a eu trois enfants (aujourd’hui le président a 43 ans ; sa femme, 68 ans). Comme dans tout bon roman du XIXe siècle (ou comme dans une mauvaise chanson romantique), ils ont tous les deux lutté contre les préjugés et les conventions sociales de leurs familles, ont quitté Amiens pour conquérir Paris, ont surmonté les rumeurs et les médisances et sont toujours là, main dans la main au sommet de France.

Brigitte résume dans le livre : « Nous avons eu beaucoup de chance de nous rencontrer, notre union a eu lieu dès le premier jour, comme si c’était un signe. Les gens ne comprennent pas, car la société est individualiste, mais le partenaire ne brise pas l’individualité : il la renforce et la respecte ». Et il ajoute : « Des couples avec notre histoire, notre parcours, tout ce que nous avons traversé… Oui, il n’y en a peut-être pas beaucoup. »

Gaël Tchakaloff, l’ami et chroniqueur, précise : « Il y a un magnétisme entre eux ». Il y a quelque chose de religieux là-dedans qui rejoint l’idée d’un président qui, selon l’auteur, « est amoureux, plus que du pouvoir, du sacré ». Le sacré est aussi le littéraire : parfois, il semble que Macron voit sa vie comme un roman du XIXe siècle – et lui-même et sa femme comme le héros et l’héroïne romantiques.

Le couple Macron lors de l'hommage au regretté acteur Jean-Paul Belmondo, en septembre.
Le couple Macron lors de l’hommage au regretté acteur Jean-Paul Belmondo, en septembre.Chesnot (Getty Images)

« Il n’était pas vraiment fait pour la politique, c’est un homme de lettres né, son ambition d’enfance était artistique », raconte à Tchakaloff un Amiens qui a bien connu le président. L’une des nouveautés qu’apporte le livre est le témoignage de Françoise Noguès, la mère d’Emmanuel Macron. Jusqu’à présent, elle avait été dans l’ombre, comme son père. Et Noguès corrobore cette idée sur la vocation authentique de son fils, car la politique est « une parenthèse », selon elle. « Je suis sûr qu’il va se consacrer à l’écriture, qu’il va changer de cap », dit-il. Brigitte Macron, qui en plus d’être professeur d’art dramatique a enseigné la littérature française, croit aussi au destin littéraire de son mari.

Il y a ceux qui soutiennent qu’en fait, l’image de Macron en tant que lettré ou philosophe – son travail, en tant qu’étudiant, aux côtés du grand penseur Paul Ricoeur, l’a marqué – est une construction qui ne correspond pas à la réalité. C’est ce que dit l’un des interlocuteurs anonymes de Gaël Tchakaloff dans le livre. « Bien qu’il soit très intelligent, ce n’est pas un intellectuel », dit-il. « Ce n’est pas très cultivé, il a une culture populaire. »

Son travail écrit, pour l’instant, se limite au livre programmatique Révolution (éditeur BestSeller), publié lors de sa campagne électorale. L’existence d’un texte d’adolescence intitulé Babylone, Babylone (« Babylone, Babylone »), dans laquelle, comme je l’ai dit avant de devenir président, « j’ai raconté l’aventure d’Hernán Cortés d’une manière quelque peu incommode ». Il y a toute une légende autour de ces textes de jeunesse.

« Avant même qu’il ne soit candidat à la présidentielle, j’ai entendu Brigitte parler à maintes reprises de tu manuscrits», a déclaré Tchakaloff dans la conversation avec EL PAÍS, à la mi-octobre. « La semaine dernière, je suis allé chez Elisée déjeuner avec Brigitte et il n’arrêtait pas de parler des manuscrits d’Emmanuel. Je pense que ce sont des romans, apparemment il y en a trois ou quatre.

Soutenez notre journalisme. Abonnez-vous à EL PAÍS en cliquant ici

S’inscrire ici pour recevoir la newsletter quotidienne d’EL PAÍS Brasil : reportages, analyses, interviews exclusives et les principales informations du jour dans votre e-mail, du lundi au vendredi. S’inscrire aussi pour recevoir notre newsletter hebdomadaire le samedi, avec les faits saillants de la couverture de la semaine.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.