Ligue 1, affrontements à Marseille-Psg : point de penalty en vue | Nouvelles

21 interpellations et neuf officiers blessés, des fermetures partielles ou totales du Vélodrome pourraient être annoncées mercredi

Toujours des troubles dans les stades français lors de la dernière manche du championnat. Le report du Vélodrome entre Marseille e Psg, fini dans des filets blancs, a en fait été repéré par des personnes violentes affrontements entre les ultras locaux et la police qui, comme le rapporte RMC Sport, ils ont causé la blessures de huit officiers et d’un commissaire (qui sera hospitalisé pendant sept jours), ils ont conduit à 21 arrestations et pourrait avoir de graves conséquences sur le classement des hôtes.

L’OM avait déjà été sanctionné à deux reprises par la ligue pour le comportement de ses supporters et un pénalité d’un point « suspendu » après les événements survenus lors du match contre Angers. La commission de discipline de la LFP se prononcera mercredi, mais il semble très probable qu’à ce stade la sanction sera prononcée et des fermetures partielles ou totales du Vélodrome pourraient également être annoncées.

Avant le début du match, une personne a été interpellée pour avoir lancé deux bombes fumigènes sur le bus de l’équipe parisienne, tandis qu’à l’entrée des équipes sur le terrain les ultras marseillais déroulaient une longue banderole contre la ligue française de football, intitulée « Mer … « . De l’autre côté du Vélodrome, un tir dense de bombes fumigènes a commencé. Pendant la partie Neymar il a été visé par un jet dense d’objets alors qu’il s’apprêtait à tirer un corner et le président du stade a dû faire appel aux supporters pour leur rappeler que le match risquait d’être suspendu.

Voir également

Football étranger
Ligue 1 : Psg stoppé par Marseille, retour niçois contre Lyon

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.