Macron demande à Joe Biden de s’excuser avant de commencer les travaux du G-20

Après des semaines d’âpres récriminations, le président français Emmanuel Macron a remporté une victoire diplomatique sur Joe Biden qui pourrait conduire à la banque six mois après une élection.

A la veille du sommet de Groupe de 20 à RomeLe président américain a reconnu que son administration avait été « maladroite » dans la gestion d’un nouveau pacte de défense avec l’Australie et le Royaume-Uni. Mais il reste encore du travail à faire pour Macron lorsque les pourparlers commenceront sérieusement ce week-end. .

Macron traitera avec le trio de pays anglophones qui ont préparé un accord pour que les États-Unis et le Royaume-Uni fournissent à l’Australie une flotte de sous-marins à propulsion nucléaire, évinçant ainsi les fournisseurs français.

Biden, de loin le leader le plus important des trois, était magnanime. Désireux de tout laisser derrière lui, il a donné à Macron ce dont il avait besoin pour aller de l’avant afin que les alliés occidentaux puissent recentrer leur attention sur la plus grande préoccupation de l’Amérique : la Chine.

En revanche, Macron semble avoir peu d’intérêt à renouer les liens avec l’Australien Scott Morrison, qui a été accusé de ne pas avoir informé la France de la mauvaise nouvelle à l’époque. Les deux dirigeants se sont entretenus par téléphone cette semaine, mais jusqu’à présent, ils n’ont pas l’intention de se rencontrer au sommet.

Et puis il y a le Royaume-Uni, parfois ennemi et ami de la France à travers les siècles. Boris Johnson s’est moqué de Macron après l’accord, lui disant de « prenez désactiver », et est maintenant impliqué dans une épreuve de force tous azimuts sur l’accès français aux eaux de pêche. Macron et Johnson se rencontreront dimanche.

Dans l’avion pour Rome, Johnson a déclaré aux journalistes que les deux pays devaient regarder au-delà du différend sur les droits des chalutiers car ils avaient « de plus gros poissons à fouetter ». La provocation politique était indéniable.

Johnson se faisait passer pour un homme d’État sérieux, essayant de conclure un accord sur le climat avant une réunion internationale à Glasgow. Et il y avait Macron, encore mijotant dans le passé. Le président français de 43 ans a-t-il mordu à l’hameçon ?

Macron s’est souvent présenté comme celui qui s’élève au-dessus de la mêlée. Dans ce combat, le risque est qu’il apparaisse mesquin aux yeux du public. Johnson a une majorité inattaquable au Parlement et Macron est attaqué par l’extrême droite alors qu’il se prépare à mener sa campagne de réélection.

En juin, Macron et Johnson ont mené la « guerre de la saucisse » au sommet du G-7 à Cornwall, en Angleterre, à propos de viandes réfrigérées expédiées de Grande-Bretagne vers l’Irlande du Nord. C’était également la réunion au cours de laquelle Johnson, Biden et Morrison ont discuté de leur accord sur les sous-marins à l’insu de Macron.

C’est un avertissement au président français sur les dangers d’être aspiré dans le conflit du jour. À l’heure actuelle, cela a mis fin aux droits de pêche des pêcheurs français dans les eaux britanniques, ce que la France dit que le Royaume-Uni retient injustement. Paris a menacé de prendre des mesures de représailles contre la Grande-Bretagne à partir de mardi, notamment en imposant des contrôles sur les camions en provenance du Royaume-Uni.

Et malgré le langage corporel amical, ce n’est pas non plus que du kumbaya avec Biden. Après avoir été accueilli par un Macron souriant avec une tape sur l’épaule, Biden est intervenu et a admis qu’AUKUS « n’a pas été fait avec beaucoup de grâce ».

Biden a également déclaré qu' »il avait eu l’impression bien avant que la France n’ait été informée que l’accord n’était pas exécuté ».

Mais la preuve, comme l’a dit Macron lui-même, est dans le pudding.

Macron attend l’aide des États-Unis dans la région francophone du Sahel en Afrique, où les forces françaises combattent une insurrection islamiste. La France envisage également des alliances concrètes avec les États-Unis sur un large éventail de questions, y compris l’énergie nucléaire, et soutient les efforts de Macron pour une défense européenne renforcée.

La France fixera l’agenda de l’Union européenne lorsqu’elle assumera sa présidence tournante en janvier.

Au final, l’Allemagne aura une nouvelle chancelière, après 16 ans sous la direction constante d’Angela Merkel. Et Macron lui-même aura été réélu ou chassé du pouvoir.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.