Ronaldo semblait prêt pour le combat et Manchester United est passé de boxeur ivre à KO – Gagnant de l’Observateur

Vous avez accès gratuitement à tous les articles d’Observer en étant notre abonné.

En français, tu peux dire débâcle. En anglais, vous pouvez dire catastrophe. En portugais, on peut dire hécatombe. En gros, quelle que soit l’expression choisie, toutes les langues du monde peuvent trouver un mot pertinent pour expliquer ce qui s’est passé à Old Trafford dimanche dernier, quand Manchester United a été battu, humilié et annulé par Liverpool.

Pourtant, le scénario qui s’était déroulé juste après le coup de sifflet final s’est confirmé : les ondes de choc étaient majoritairement externes et non internes, avec Ole Gunnar Solskjaer restant à la tête de l’équipe après une réunion décisive au sommet du club plus tôt dans la semaine. Soutenu par Alex Ferguson et la plupart des membres du conseil d’administration de Manchester United, l’entraîneur norvégien a de nouveau résisté, a vu la confiance se renouveler pour au moins un match de plus et a survécu à l’annonce qu’Antonio Conte serait disponible pour prendre la relève. diables Rouges.

Ce n’était pas la fin de la ligne pour Solskjaer. C’était le déraillement total d’une équipe : Manchester United rossé par Liverpool à Old Trafford

Le problème était que, ce samedi, le défi de Solskjaer n’était pas moindre. A Londres, contre Tottenham de Nuno Espírito Santo, Manchester United a dû gagner pour inverser une séquence de quatre matchs sans victoire en Premier League et ne pas perdre plus de points face aux principaux rivaux. L’entraîneur individuel, en revanche, devait gagner pour continuer à travailler, même s’il ne s’attendait pas à ce que ces trois points lui donnent des garanties.

PUB • CONTINUEZ À LIRE CI-DESSOUS

« J’ai parlé à la direction et je n’attends aucune garantie. Quand il y a une exposition comme celle-là et une exposition comme celle dans laquelle nous sommes, je ne m’y attends pas. Mon travail consiste à faire fonctionner les choses et c’est ce que j’essaie de faire. Je ne suis pas là pour demander des garanties (…) Ce match était comme si nous étions un boxeur ivre prenant des coups de poing, se faisant KO dans les quatre premières minutes, dès la première tour. On a encaissé un but, on a voulu réagir et on s’est beaucoup ouvert. C’est extraordinaire de voir comment Tyson Fury, par exemple, garde son sang-froid après avoir touché le sol plusieurs fois. Comptez jusqu’à six ou huit et soyez prêt à vous battre à nouveau. C’est là que nos mentalités doivent être meilleures », a expliqué Solskjaer en prévision de sa visite à Tottenham, utilisant une curieuse analogie avec le boxeur britannique, né à Manchester, qui fut autrefois champion du monde des poids lourds.

Maintenant, contre Tottenham et pour ne pas se faire encore frapper comme un boxeur ivre, Solskjaer s’est protégé. Pour la première fois depuis près d’un an, Manchester United a joué avec trois centraux – Lindelöf, Varane et Harry Maguire étaient tous des points de départ, le Français revenant de blessure. McTominay abandonnerait Pogba au milieu de terrain, car le milieu de terrain a été suspendu après avoir été expulsé contre Liverpool, et Cavani est apparu dans le onze de départ devant Bruno Fernandes et proche de Cristiano Ronaldo, avec Sancho, Greenwood et Rashford commençant tous à la Banque. De l’autre côté et après une défaite contre West Ham au dernier tour, Nuno Espírito Santo n’a effectué que deux changements et a remplacé Reguilón et Ndombele par Ben Davies et Lo Celso.

Les premiers instants du match ont permis de voir tout de suite quel était le but de Solskjaer lors du lancement de Cavani : avec Ronaldo reculant très peu pour défendre, c’est l’Uruguayen qui a joué ce rôle et a essayé de couvrir Højbjerg, Manchester United agissant dans un presque 3x5x1 sans le ballon. La première partie s’est déroulée de manière vive et déliée, mais il était clair que les deux équipes ont essayé de se protéger et de se présenter avec une certaine prudence, explorant petit à petit les faiblesses de l’adversaire et essayant d’en profiter pour atteindre le dernier tiers en danger. . .

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.