Nicolas Sarkozy, condamné à un an de prison pour le financement illégal de sa campagne en 2012 | International

Nicolas Sarkozy a été condamné ce jeudi à un an de prison pour avoir financé illégalement sa campagne à la présidentielle de 2012. Il s’agit de la deuxième condamnation de l’ancien président français en moins d’un an, après qu’un tribunal l’ait condamné en mars à trois ans pour corruption et trafic d’influence dans une autre affaire.

Sarkozy, cependant, évitera la prison. La peine d’un an peut être purgée à domicile et contrôlée par un bracelet électronique. Son avocat, Thierry Herzog, a annoncé qu’il ferait appel de la condamnation, ce qui la suspendra jusqu’à ce que l’affaire soit à nouveau jugée par la cour d’appel. L’ancien président a déjà fait appel de la condamnation de mars pour corruption.

L’ancien président, qui n’a assisté qu’à une seule séance des audiences tenues en mai et juin, était absent à la lecture de la sentence. Mercredi, il était à Madrid pour conclure le chef du Parti populaire, Pablo Casado, lors de sa convention nationale.

Sarkozy a été jugé avec 13 autres personnes, dont des membres de son équipe de campagne, des dirigeants de son parti et des responsables de la société de communication et d’événementiel Bygmalion, qui a organisé les rassemblements électoraux. Le conservateur, arrivé au pouvoir en 2007, a perdu les élections de 2012 face au socialiste François Hollande.

Le tribunal a estimé qu’il était prouvé que la campagne de Sarkozy dépassait largement le plafond de dépenses autorisé par la loi de 22,5 millions d’euros, et dépensait 42,8 millions, soit presque le double. Pour compenser, une grande partie des dépenses ont été assumées, non par la campagne du président de l’époque, mais par l’Union pour un mouvement populaire (UMP), le nom du parti de l’ancien président, rebaptisé plus tard Los Republicanos, son nom actuel. Bygmalion a émis de fausses factures faisant état d’avantages pour l’UMP tels que des conférences ou des événements qui n’ont jamais existé.

Rejoignez EL PAÍS maintenant pour suivre toute l’actualité et lire sans limites

Abonnez-vous ici

L’ancien président est également accusé d’avoir prétendument financé la campagne qui l’a porté au pouvoir en 2007 avec l’argent de la Libye de Mouammar Kadhafi.

Jeudi, lors de l’annonce de la peine du Affaire Bygmalion, la présidente du tribunal, Caroline Viguier, a déclaré : « Nicolas Sarkozy connaissait le montant du compte de campagne. Son expérience de candidat lui a même permis d’avertir son équipe du risque de la dépasser ».

C’était une campagne privée. Avec les sondages contre, le président de l’époque s’est utilisé à fond. Au lieu des 15 rassemblements prévus, il en a organisé 44. Et ce n’étaient pas des rassemblements réguliers, mais des événements massifs : scènes et écrans géants, trains affrétés avec des supporters de tout le pays, vestiaires dignes d’une rock star.

La stratégie a fait monter en flèche les coûts. Et cela a conduit les responsables de la campagne à concevoir le système pour détourner les dépenses vers le parti et les justifier par de fausses factures. Si cela a donné à Sarkozy un avantage concurrentiel dans la campagne, cela n’a servi à rien car il a fini par perdre face à Hollande.

Le jour où il a témoigné au procès, il a tout ignoré. « Je suis connu pour déléguer beaucoup », a-t-il affirmé. « Je ne peux pas m’occuper de tout. » Il a également qualifié de « fable » l’idée que sa campagne avait été anormale par rapport aux autres. « J’aimerais que vous m’expliquiez en quoi j’ai fait plus campagne en 2012 qu’en 2007. C’est faux !

La peine de Sarkozy n’est pas la plus grave parmi les condamnés. Contrairement à d’autres, il n’a été accusé que de financement illégal et non de fraude en raison du système de fausses factures qui a permis de lancer le système de financement illégal.

Les Affaire Bygmalyon Il a ouvert une guerre fratricide à droite entre différents dirigeants qui s’accusaient mutuellement d’être responsables. Ni Sarkozy ni l’UMP – désormais les Républicains – n’ont relevé la tête et ne sont pas revenus au pouvoir.

Depuis le début de ses démêlés avec la justice, peu de temps après avoir quitté l’Élysée en 2012, Sarkozy a reproché à la justice d’être cruel envers lui et de le traiter avec un critère différent des autres citoyens.

Les procès en cours et autres dossiers ouverts rendent son retour au front très difficile, mais l’ancien président conserve une influence notable sur la droite française. Cette influence est palpable dans l’avalanche de messages de solidarité en mars, après sa condamnation pour corruption, et ce jeudi après sa condamnation pour financement illégal.

Christian Jacob, président de Los Republicanos, a écrit sur le réseau social Twitter : « Après une décision judiciaire qui ne cessera de choquer de nombreux compatriotes, je veux témoigner en mon nom et au nom de Los Republicanos de notre affection, notre soutien à Nicolas. Sarkozy, ainsi que notre immense fierté de l’avoir eu comme Président de la République ».

Les principaux candidats de la droite à la présidentielle d’avril prochain ont défilé dans son bureau près de l’Elysée à la recherche de sa bénédiction. La sympathie avec Sarkozy dépasse son champ idéologique. L’actuel président, Emmanuel Macron, cultive son amitié et compte plusieurs anciens collaborateurs de Sarkozy dans son gouvernement, dont le Premier ministre Jean Castex.

Sarkozy, qui siège dans divers conseils d’administration d’entreprises françaises et vient de publier un livre sur l’art et la littérature, n’est pas une ventouse en France. Ni en partie de l’étranger, comme en témoigne son rôle stellaire cette semaine à la convention du Parti populaire à Madrid.

Suivez toutes les informations internationales sur Facebook et Twitter, o fr notre newsletter hebdomadaire.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.