plus d’un décès tous les 12 jours dans le monde pour « killfie »

Au cours des treize dernières années, de janvier 2008 à juillet dernier, au moins 379 personnes ont perdu la vie dans le monde en prenant un selfie. Dire qu’il s’agit d’une étude publiée par la Fondation iO, qui traite de la formation sur des questions liées à la santé et à la médecine des voyages, et rebondie sur la Pays. Le phénomène, sans doute plus étendu que documenté, a explosé avec la diffusion des réseaux sociaux, et a conduit à la naissance d’un néologisme : « killfie », issu de l’union du verbe « kill » (« kill ») avec « selfie « .

Les chiffres du massacre

Selon les données de l’étude, recueillies dans un tableau d’affichage interactif montrant différents types de statistiques, une grande partie des décès enregistrés sont des touristes : 141, plus de 37%. Ces données montreraient que les voyageurs sont particulièrement enclins à se mettre dans des situations dangereuses afin de prendre une photo « époustouflante ». Le pays avec le plus grand nombre de décès est l’Inde par affichage (100), suivie des États-Unis (39) et de la Russie (33). L’Italie est à la onzième place avec 6 décès sur la période considérée. L’année la plus désastreuse a été 2018, alors que l’âge moyen des défunts est d’un peu plus de 24 ans, avec un ratio moyen de 3 pour 2 entre les décès masculins et féminins. Quant aux causes, les chutes de hauteur (cascades, toits, falaises, etc.) sont de loin les plus fréquentes (216 cas), suivies des accidents de transport (123) et des noyades (66).

Mais l’enquête, la plus complète à ce jour, a encore des limites. Tout d’abord, les données proviennent d’une analyse croisée de toutes les sources médiatiques qui rapportent ces événements dans l’une des six langues (anglais, français, allemand, espagnol, italien, portugais). Cela signifie que les cas signalés dans d’autres langues (ou pas signalés du tout) ne sont pas « suivis ». De plus, il ne traite que des décès : ainsi, les cas d’accidents même extrêmement graves dans lesquels la victime ne perd pas la vie ne sont donc pas pris en compte.

Un enjeu de santé publique

La gravité du phénomène s’est aggravée au fil des années : selon Manuel Linares Rufo, président de la Fondation iO, « il s’agit d’un problème émergent qui, en raison de l’ampleur qu’il a pris, peut être considéré comme un problème de santé publique. L’étude nous a aidés à le mesurer et est la première étape vers la prise de mesures pour y remédier ». Sur les motivations de l’enquête, Linares Rufo explique : « L’idée de faire l’étude est née quand on a vu l’impact important de l’actualité sur ces décès et la mauvaise perception du problème dans la littérature scientifique et les recommandations faites par médecine des voyages. « . « Dans une certaine mesure, le travail est l’héritier de la pandémie. Avec lui, de nombreux outils ont été développés que nous pouvons désormais utiliser pour des phénomènes comme celui-ci et aider à les résoudre », a-t-il ajouté.

« Une possibilité serait d’identifier les endroits les plus dangereux et d’avertir les visiteurs, ce qui devrait également impliquer les fabricants de téléphones, les développeurs d’applications et les administrations. Au niveau local, des actions de formation doivent être entreprises », a-t-il conclu. La situation inquiète évidemment les administrations locales des lieux les plus touchés par ce phénomène. En Inde, par exemple, certaines zones ont été déclarées « zones sans selfie », pour tenter de décourager cette pratique dont les implications peuvent être, quoique rarement, extrêmement dangereuses.

Psychologie du « killfie »

En 2019, Raffaella Saso, directrice adjointe de l’institut de recherche Eurispes, a évoqué le phénomène du « killfie » en ces termes: « Des comportements extrêmement imprudents notamment de la part des jeunes, en quête d’adrénaline ou dans une tentative d’audace, ont toujours existé mais c’est aussi un phénomène nouveau. Il y a pire usage des technologies : il n’y a pas seulement l’enjeu de la sécurité, mais un narcissisme acrobatique, la recherche de la spectaculaire, qui ne concerne pas seulement ceux qui sont tués ou blessés, mais aussi les selfies réalisés sur les lieux des tragédies, « Le spectacle exaspéré des comportements négatifs a toujours été là, mais maintenant nous sommes plus motivés pour le mettre en action. médiatique signifie que la reconnaissance publique compte plus que l’expérience », a-t-il affirmé, notant également que « dans certains cas les victimes ont causé des accidents qui pourraient impliquer d’autres personnes ».

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.