‘The French Chronicle’ : les journalistes de race qui ont inspiré Wes Anderson | Babelia

Début 2003, la rédaction de l’hebdomadaire Le new yorker reçu un appel surprenant. C’était le cinéaste Wes Anderson, nouvellement révélé grâce à des films cultes en herbe comme Académie Rushmore O Los Tenenbaums, qui leur a fait une proposition indécente : il avait la ferme intention d’acheter l’archive hebdomadaire, fondée en 1925 et devenue depuis la bible de l’intelligentsia américaine, une référence absolue du commentaire politique et de la critique culturelle, toujours assaisonnée de textes de fiction exquis , des illustrations satiriques, de la poésie occasionnelle et, surtout, des couvertures pour l’encadrement.

La réponse a été brutale : les archives de ce magazine presque centenaire n’étaient pas à vendre. Anderson, qui a commencé à lire Le new yorker Au cours de ses années de lycée dans son Texas natal, il a dû se contenter d’acquérir plusieurs dizaines de volumes reliés appartenant à l’Université de Californie à Berkeley. Deux décennies plus tard, son obsession pour l’édition l’a conduit à La chronique française, un hommage sincère (et digne d’un vrai maniaque) à l’âge d’or du journalisme. Le film raconte les entrailles d’un magazine fictif, La dépêche française de la Liberté, Kansas Soleil couchant, un hebdomadaire américain basé en France qui s’inspire clairement Le new yorker (bien qu’il puisse également contenir un léger soupçon de La revue parisienne, créée à l’aube de la guerre froide dans la capitale française et dont le co-fondateur, Peter Matthiessen, a collaboré avec la CIA). Wes Anderson, qui vient d’éditer une anthologie d’articles de Le new yorker qui rassemble 15 textes mythiques, a créé les personnages sur la base des reporters qui ont travaillé pour la publication couvrant les grands (et petits) événements du siècle dernier depuis la France. Ce sont leurs histoires vraies.

Bill Murray dans ‘The French Chronicle’ et le fondateur de ‘The New Yorker’, Harold Ross.

Bill Murray – Harold Ross

Si le fondateur de La Dépêche française, joué par Bill Murray avec une résignation sardonique, vient du Kansas, l’homme qui a créé Le new yorker, Harold Ross, est né dans l’État voisin du Colorado. Ross a dirigé le magazine entre 1925 et 1951, une longue période au cours de laquelle il a édité un total de 1 399 numéros, ayant été l’un des membres originaux de la table ronde algonquine, le rassemblement intellectuel qui se réunissait dans l’hôtel new-yorkais du même nom. , fréquenté par des journalistes, des critiques, des écrivains et des artistes de Broadway, dont Dorothy Parker, Robert Sherwood et Alexander Woollcott. Obsédé par les virgules, qui tombaient sur les pages « avec la précision des couteaux autour de la victime dans un numéro de cirque », comme l’a dit un jour l’écrivain EB White, Ross détestait que des blagues grossières ou sexuelles soient faites sur les pages du magazine. et il n’était pas partisan des articles de dénonciation sociale, qui donnaient le ton à l’hebdomadaire quelque peu snob et détaché pendant ses premières décennies d’existence.

Il n’était pas le seul modèle pour le personnage. Wes Anderson affirme que le monteur de son film s’inspire de Ross « en surface » et de son successeur dans Le new yorker, William Shawn, « dans le sentiment. » Ce dernier, qui a pris les rênes entre 1952 et 1987, s’est fait connaître pour protéger ses reporters de toute pression interne ou externe. Le personnage de Bill Murray, particulièrement sympathique à ces névroses reconnaissables par quiconque est payé pour créer des personnages, partage ce trait.

L'acteur Owen Wilson et le journaliste Joseph Mitchell, signature stellaire de 'The New Yorker'.
L’acteur Owen Wilson et le journaliste Joseph Mitchell, signature stellaire de ‘The New Yorker’.

Owen Wilson – Joseph Mitchell

Le film s’ouvre sur le reportage d’un reporter pittoresque joué par Owen Wilson, qui raconte l’histoire d’un peintre brillant enfermé dans une maison de fous français (Benicio del Toro) et de sa muse, une geôlière muette (Léa Seydoux). Le personnage de Wilson semble inspiré par le journaliste Joseph Mitchell, l’une des entreprises les plus stellaires de Le new yorker. Il a rejoint l’équipe de l’hebdomadaire en 1938 et a rapidement attiré l’attention sur son penchant pour le portrait de personnages aussi inhabituels dans les pages de la presse intellectuelle que des ivrognes, des escrocs, des clochards, des trafiquants de drogue et des femmes barbus. À une autre occasion, il a consacré un long essai aux rats de New York, dans une métaphore non déguisée du comportement social de ses concitoyens.

Chroniqueur de la ville pendant plusieurs décennies, il entre dans un profond blocage créatif en 1964. À partir de cette année-là, il continue à fréquenter quotidiennement la rédaction du magazine, mais ne publie plus jamais, bien qu’il reste officiellement dans l’équipe jusqu’à sa mort. en 1996 (le film fait un nouveau clin d’œil à Mitchell à travers un secondaire éphémère qui « n’a jamais terminé un seul article »). Après sa mort, il a été publié Le secret de Joe Gould (Anagram), qui a récupéré le profil mémorable qu’il a signé sur le fils d’une famille nombreuse du Massachusetts, diplômé de Harvard, qui a fini par vivre comme un mendiant à Manhattan. Lorsqu’on lui a reproché d’écrire sur les « gens ordinaires », Mitchell a répondu : « Les gens ordinaires sont tout aussi importants que vous, qui que vous soyez ». La nomination passerait à la postérité.

Frances McDormand sur 'The French Chronicle' et l'écrivain qui l'inspire, Mavis Gallant, qui a également couvert mai 68 pour 'The New Yorker'.
Frances McDormand sur ‘The French Chronicle’ et l’écrivain qui l’inspire, Mavis Gallant, qui a également couvert mai 68 pour ‘The New Yorker’.

Frances McDormand – Mavis Gallant

L’écrivaine canadienne Mavis Gallant était une autre des entreprises les plus en vue de Le new yorker. Il a quitté le reportage en 1950 pour s’installer à Paris et se concentrer sur l’écriture de nouvelles et de romans, tels que Eau verte, ciel vert (récupéré en espagnol par Impedimenta en 2018), mais à quelques exceptions près pour l’hebdomadaire new-yorkais. En tout, Gallant a écrit 60 chroniques pour Le new yorker de Paris, ville dans laquelle il résidera jusqu’à sa mort en 2014. Le plus connu d’entre eux est Les événements en mai, où il racontait comment une petite révolte de la jeunesse avait fini par bouleverser tout le pays et faire vaciller le pouvoir de de Gaulle. Les événements de mai 68 apparaissent transposés dans le deuxième chapitre du film, où Timothée Chalamet incarne un leader étudiant face à une journaliste aguerrie, Lucinda Krementz, qui a une certaine ressemblance physique avec l’écrivain, interprétée par Frances McDormand. Ce n’est pas un pur hasard : Anderson désigne Gallant comme l’un des reporters de Le new yorker ceux qu’il a le plus lu, avec John Updike et Ved Mehta. Un autre modèle pour le même personnage pourrait être Lillian Ross, une pionnière du journalisme littéraire étroitement liée à l’histoire du magazine. Anderson a gardé son dossier depuis sa mort en 2017.

Tilda Swinton et la journaliste et conférencière Rosamond Bernier, lors d'un gala au Metropolitan Museum en 1988.
Tilda Swinton et la journaliste et conférencière Rosamond Bernier, lors d’un gala au Metropolitan Museum en 1988.

Tilda Swinton – Rosamond Bernier

Le personnage excentrique joué par Tilda Swinton dans le film, JKL Berenson, est clairement inspiré par Rosamonde Bernier, journaliste de l’intelligentsia bohème de Philadelphie, ami de Pablo Picasso, Frida Kahlo et Aaron Copland. Bernier a déménagé après la Seconde Guerre mondiale à Paris, où il a travaillé pour l’édition française de Vogue puis fondé la revue artistique L’oeil, qui existe encore aujourd’hui. Dans la seconde moitié de sa vie, la journaliste s’est fait connaître pour ses conférences sur les grands artistes du XXe siècle, comme Matisse ou Miró, qu’elle a prononcées, avec une diction et un accent indescriptibles. mi-Atlantique (C’est ainsi que parlent les Américains qui prétendent être britanniques : comme s’ils étaient quelque part à mi-chemin de l’autre côté de l’océan), au Metropolitan Museum de New York. Il est décédé en 2016 à l’âge de 100 ans, huit après avoir pris sa retraite. Swinton a désigné la journaliste, de son vrai nom Rosamond Rosenbaum, comme une inspiration évidente pour son personnage et l’a définie, dans une récente interview, comme « une groupie D’art ».

Jeffrey Wright, double dans la fiction de 'James Baldwin', dépeint dans le Paris des années cinquante.
Jeffrey Wright, double dans la fiction de ‘James Baldwin’, dépeint dans le Paris des années cinquante.

Jeffrey Wright – James Baldwin

Le troisième épisode de La chronique française Il met en vedette Roebuck Wright, double dans la fiction de James Baldwin, le grand écrivain afro-américain arrivé à Paris à 24 ans avec un maigre 40 dollars en poche, selon la légende. Dans le Paris intellectuel de l’après-guerre, Baldwin trouve un refuge relatif en tant qu’homme noir homosexuel, loin des vexations qu’il subit dans son pays natal. Le personnage joué par Jeffrey Wright s’inspire de son style vestimentaire et de son profil très médiatique : tout le chapitre est raconté comme s’il s’agissait d’une de ces interviews télévisées qui ont rendu Baldwin si connu, voire plus, que des livres comme La prochaine fois le feu, Notes d’un fils du pays O La chambre de Giovanni. « Le personnage est un hommage à l’écrivain, mais ce n’est pas du tout biographique », a précisé Wright. Par exemple, Roebuck ne parle pas de politique ou de droits civiques, comme Baldwin le faisait sans cesse, mais de sujets plus anecdotiques. En fait, ce rôle a un deuxième modèle : AJ Liebling, une autre entreprise éminente de Le new yorker, qui s’est fait connaître pour la qualité littéraire de ses chroniques gastronomiques signées de France, qu’il a ensuite rassemblées en différents volumes. Pour cette raison, le personnage de Wright est chargé d’écrire sur un chef asiatique qui triomphe à Paris, bien que l’intrigue finisse par l’emmener dans d’autres directions, comme cela s’est également produit dans les textes de Liebling.

Tous les noms cités apparaissent au générique de fin de La chronique française, quand Anderson inclut un dévouement émotionnel et inattendu aux grandes entreprises qui ont marqué l’histoire avec leurs rapports en Le new yorker: Harold Ross, William Shawn, Rosamond Bernier, Mavis Gallant, James Baldwin, AJ Liebling, SN Behrman, Lillian Ross, Janet Flanner, Luc Sante, James Thurber, Joseph Mitchell, Wolcott Gibbs, St. Clair McKelway, Ved Mehta, Brendan Gill et le couple formé par EB White et Katharine White, la mythique éditrice de fiction du magazine entre 1925 et 1960. Ce qui permet de dissiper les doutes, si quelqu’un en avait besoin.

Vous pouvez suivre BABELIA dans Facebook et Twitter, ou inscrivez-vous ici pour recevoir notre newsletter hebdomadaire.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.