Unai Oyn : « Ma motivation est de pouvoir faire des recherches d’utilité sociale, de pouvoir résoudre des problèmes »

Unai Oyn, ICD pour maladie cardiaque, étudie la Recherche en Politiques Publiques et Développement à l’Ecole d’Economie de Paris avec une bourse de la Fondation Ramn Areces, l’une des plus importantes de l’Etat.

Le Navarrais Unai Oyón est l’une des douze personnes subventionnées par la Fondation Ramón Areces, l’une des quatre plus importantes de l’État. Il étudie actuellement un diplôme de troisième cycle à la Paris School of Economics, le meilleur département d’économie d’Europe, où il était déjà étudiant Erasmus l’année dernière. C’est alors, en mars, qu’il a dû rentrer d’urgence à Pampelune, en raison des problèmes que lui causait son défibrillateur automatique implantable, qu’il porte en raison d’une maladie cardiaque héréditaire.

Quelle est votre condition cardiaque?

– J’ai une cardiomyopathie hypertrophique, une maladie génétique, la même que celle de mon père. Cela implique que le cœur est un peu plus gros et grandit anormalement, ce qui peut entraîner divers problèmes, mais le principal est la mort subite.

Vous portez un défibrillateur cardioverteur implantable (DAI), vous conditionne-t-il au quotidien ?

– Voyons, c’est vrai qu’une tranquillité d’esprit est une garantie, car elle vous sauve de la mort subite au cas où elle se produirait, mais il est vrai aussi qu’elle vous limite dans bien d’autres choses. Il est relativement courant d’avoir des problèmes avec eux, surtout si vous êtes jeune, en raison du type de vie plus actif que vous menez. Cela a limité beaucoup de choses dans ma vie et je l’ai mal pris à de nombreux moments, car le sport vous limite et, d’une certaine manière, les interactions sociales également. J’ai eu la malchance d’avoir des problèmes avec les deux que j’ai emportés. En mars, étant ici à Paris, ma poitrine s’est mise à siffler et c’était parce que le câble du défibrillateur s’était cassé. J’ai dû prendre l’avion pour Pampelune pour qu’ils fassent le changement. Il y a eu deux opérations, avec plusieurs semaines de récupération physique, et c’était un bâton psychologique très dur, avec tout ce que j’avais à l’époque avec l’Erasmus à Paris et parce que j’avais l’air bien physiquement et que je finissais dans une salle d’opération deux fois en une semaine .

Est-ce mieux avec le nouveau ?

–Ce nouveau, qui était une meilleure option, car il existe deux types de défibrillateurs, l’un qui va à l’intérieur du cœur et l’autre qui va sous la peau, ce qui évite de porter le câble dans le cœur, mais, par contre, en ne le portant pas dans le cœur, les signaux qu’il capte peuvent être plus déroutants à un moment donné. C’est celui que j’ai maintenant et il m’a donné des téléchargements alors que je n’aurais pas dû, alors maintenant nous voyons si je me débarrasse d’une autre opération ou si je dois réellement retourner en chirurgie pour le changer.

Comment a-t-il été détecté ?

– Curieusement, c’était à la suite d’une mort subite d’un de mes cousins ​​paternels. Il a été sauvé avec un défibrillateur externe et à partir de là, ils ont commencé à faire l’étude de la famille. Je ne sais pas quel âge j’avais, mais à l’époque je ne l’avais pas. Je l’ai développé à 8 ans et le premier défibrillateur m’a été posé à 14 ou 15 ans.

Je suppose qu’à ce moment-là, il est un bâton surtout pour les choses qu’il doit arrêter de faire.

-Bien sûr. Par exemple, quand j’avais 8 ans j’ai dû arrêter de jouer au foot et à ce moment-là, à la fin tu es un gamin, tu ne comprends pas très bien pourquoi tu dois arrêter de courir pour n’importe quoi, comme le reste. De plus, en conséquence, j’ai eu beaucoup de problèmes. J’ai été victime d’intimidation à l’école pendant plusieurs années et j’ai eu des difficultés dans ce sens aussi, mais à la fin, tout cela est terminé.

Il étudie actuellement un master Recherche en Politiques Publiques et Développement à la Paris School of Economics, le meilleur département d’économie d’Europe. Qu’est-ce que ça fait d’étudier dans un endroit comme celui-ci?

– Je pense que c’est intéressant à deux niveaux. Le premier, parce que c’est un centre qui a beaucoup d’activité de recherche, voici les chercheurs les plus cités qui ont des travaux plus pertinents sur le sujet au niveau européen. Et, d’un autre côté, c’est aussi un environnement très intéressant au niveau étudiant. Il y a des gens de tous horizons, des gens très internationaux. Nous avons un très très bon groupe de personnes. C’est là que vont sortir les gens qui sont probablement pertinents à la fois académiquement et politiquement en Europe.

Vous avez reçu l’une des bourses les plus importantes d’Espagne et quelles sont les conditions requises ? Parce qu’ils n’ont pas besoin d’être simples.

– Non, ils ne sont pas du tout simples la vérité. C’est l’une des quatre grandes bourses d’études en Espagne, qui sont celle de la Fondation La Caixa, la Rafael Del Pino, le Ramón Areces et celle de la Banque d’Espagne. J’ai celui de la Fondation Ramón Areces et fondamentalement c’est un processus assez sélectif dans lequel vous devez spécifier à la fois votre profil de recherche et les projets que vous devez réaliser pendant les études de troisième cycle. En plus de cela, vous avez besoin de plusieurs lettres de recommandation, c’est donc assez compliqué. C’était aussi grâce à l’aide de ma mère et de plusieurs amis, car la date limite pour postuler pour la bourse s’est terminée un jour après ma première opération et j’avais laissé quelques affaires pour le dernier jour.

Je comprends que le montant sans la bourse serait plus difficile à supporter.

– Curieusement non, car l’université est publique, le gouvernement français la subventionne pratiquement en totalité. Une année, ce n’est que 250 euros de frais de scolarité, même s’il est vrai que vivre à Paris coûte très cher. Je trouve très intéressant qu’en France les frais de scolarité pour les masters soient si bas, car cela ouvre les portes à de nombreuses personnes qui ne pourraient peut-être pas étudier autrement. En Espagne, par exemple à Pompeu, où j’ai étudié, les masters tournent autour de 16 000 euros et c’est une barrière énorme pour les personnes de certaines origines socio-économiques.

Que voudriez-vous faire à la fin de vos études supérieures? Je ne sais pas si vous aimeriez poursuivre ce travail de recherche ou si vous avez l’intention de vous orienter vers d’autres domaines.

– Pour le moment, je voudrais continuer l’enquête. J’aimerais faire un doctorat après la maîtrise, spécialisé en évaluation des politiques publiques, économétrie, qui est le domaine le plus touché dans la faculté où je suis actuellement et celui qui m’attire le plus dans mon cas particulier. Ce sur quoi je suis clair, c’est qu’une fois ma formation terminée, j’aimerais retourner exercer en Espagne et poursuivre mes recherches en Espagne.

En remontant un peu plus loin, il a étudié à l’Institut de Barñáin. Comment te souviens-tu de cette étape ? Bien qu’il n’y a pas si longtemps.

« Non, il n’y a pas si longtemps. » Je me souviens très bien de lui, il venait d’avoir eu des problèmes dans une autre école à Barañáin et quand je suis arrivé à l’IES Barañáin, je me sentais très à l’aise. L’ambiance était très bonne et avec tous les professeurs il m’a très bien compris et j’ai beaucoup appris. En fait, c’est à ce moment-là, grâce à mon ancienne professeur d’économie, Susana Idoate, que je me suis intéressé à l’économie. Elle s’est toujours souciée d’inciter ceux d’entre nous qui s’intéressaient au sujet, elle nous a donné beaucoup de conseils avec la gamme d’options que l’économie vous offre sur le plan professionnel et je pense que cela a vraiment marqué ce qu’elle voulait étudier, car elle n’était pas claire à ce sujet. à ce moment là.

Vous avez obtenu un 13.27 dans l’EvAU, et à un moment très difficile pour vous. Comment se sont passés ces moments ?

– C’était une très mauvaise période, parce que mon père venait d’une transplantation cardiaque, tout s’était très bien passé et deux ou trois mois après sa guérison, il a eu un accident vasculaire cérébral et deux semaines plus tard, il est décédé. Tout ça c’était peu de temps avant l’examen EvAU et pour moi c’était un coup très dur, c’était très difficile pour moi d’atteindre ce niveau aux examens, car évidemment j’étais très touché au niveau psychologique. D’un autre côté, j’avais la motivation, car j’étais très clair sur l’objectif à Barcelone et je savais que c’était une grande illusion pour mon père, car il ne pouvait pas étudier, que je pouvais le faire dans les meilleurs endroits. Et pour cela, il avait besoin d’une très bonne note.

Il a réussi et est allé à Barcelone, ​​à la Pompeu Fabra, où il a commencé l’économie des affaires internationales et est ensuite passé à l’économie. Pourquoi le changement ?

–Au début, on m’appelait beaucoup IBE, et quand je faisais IBE, j’ai rencontré beaucoup de gens merveilleux de toute l’Espagne et du monde entier, mais j’ai réalisé qu’à partir de la troisième année, c’est devenu une formation non pas tant en économie théorique qu’appliquée mais dans les affaires et le marketing, et il était clair pour lui que ce n’était pas la voie qu’il voulait suivre. Il était clair pour moi que je voulais comprendre comment fonctionne le monde et essayer de le changer, et cela n’impliquait pas d’étudier le commerce. J’étais clair sur le changement et aujourd’hui je suis clair que j’ai pris la bonne décision.

Vous avez fait des recherches sur le VIH, comment est-ce arrivé ?

– Il est né grâce au professeur Guillem López, qui a été l’une des personnes qui m’a le plus inspiré et aidé à Pompeu, il m’a donné sa lettre de recommandation pour la bourse et le master, il m’a guidé tout au long de ma carrière et Il était mon tuteur dans le projet de diplôme final. Nous avons eu l’idée de faire de l’économie de la santé, car c’est un expert en la matière, et l’idée de faire quelque chose est venue à l’hôpital allemand Trias i Pujol, qui sont des pionniers dans l’application de la PrEP, des pilules qui minimiser le risque de contracter le VIH. A la base l’idée du travail était d’évaluer si c’était une bonne idée en termes économiques pour l’administration et aussi pour les personnes qui pourraient potentiellement être infectées. J’ai travaillé en collaboration avec Guillem, avec Bonaventura Clotet, qui est l’un des médecins les plus importants d’Espagne en matière de VIH, et avec de nombreuses autres personnes tant à l’hôpital qu’à BCN Checkpoint, une association de bénévoles qui accompagnent les personnes en contact avec le VIH. Nous avons conclu que ce serait une très bonne chose que l’administration publique finance la PrEP pour ceux qui en ont besoin, à moyen et long terme. Il va être présenté au congrès national de GeSIDA et nous essayons de faire avancer l’enquête pour voir si cela a vraiment un impact, car les niveaux de PrEP en Espagne sont loin de ce qu’ils devraient être, probablement aussi à cause de la pandémie.

C’est l’aspiration de tous ceux qui se consacrent à la recherche, et plus encore à l’économie appliquée, non ? Premièrement, que leurs enquêtes soient bien accueillies dans la communauté des chercheurs, et deuxièmement, qu’elles puissent être mises en pratique.

– En effet, c’est la principale motivation que j’ai et que je crois que tous les collègues que j’ai rencontrés dans le master ont. Faire des recherches d’utilité sociale. Trouver un moyen de résoudre des problèmes importants.

Outre l’effort personnel remarquable, quelles autres personnes, selon vous, ont joué un rôle important dans votre parcours jusqu’à présent ?

– Essentiel, essentiel pour moi, a été ma mère. Il est la personne qui a toujours été pour moi de toutes les manières et pour toutes choses. J’ai une relation très étroite et spéciale avec elle, je l’ai toujours eue, mais après la mort de mon père, encore plus. Il s’est toujours soucié de ma curiosité intellectuelle et je dois le remercier pour tout. Bien sûr, mon père aussi. Cela me rend triste de ne pas pouvoir partager ce moment avec lui, car c’était une très grande illusion qu’il avait. Aussi mes grands-parents, Carmen et Pedro, et mon oncle Unai et ma tante Asun, mes amis, aussi bien à Pampelune qu’à Barcelone et Paris, et Raimon Pelach, mon pédiatre à Barañáin.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.