Français radio Berset mal – TOP ONLINE

Lors de son vol le 5 juillet d’Ecuvillens près de Fribourg à Châtellerault dans l’ouest de la France, Berset a été appelé trois fois par radio avec l’identification de l’avion « HB-TOR », mais son avion de location portait en fait l’identification « HB-TDR », a rapporté le « Journal du dimanche ». Elle a publié des enregistrements en ligne des messages radio samedi soir.

Berset n’a tout simplement pas répondu à l’appel car il ne se sentait pas adressé par le mauvais nom, soupçonnent des experts de l’aviation au journal. Il n’y a eu aucun commentaire de Berset.

Les autorités françaises avaient voulu contacter le Cessna 182 loué par Berset car l’éminent pilote privé suisse était entré illégalement dans une zone réglementée de l’aérodrome militaire d’Avord.

Berset a une licence de pilote depuis 2009

Lorsque Berset n’a pas répondu aux messages radio, des avions de chasse français ont escorté le Conseil fédéral jusqu’à Thouars et l’ont forcé à y atterrir, selon les informations officielles. Au sol, la gendarmerie française a vérifié les coordonnées du pilote suisse. Après cela, le Conseil fédéral pouvait voler.

Le « Neue Zürcher Zeitung » a été le premier à rendre public l’incident. Il a suscité beaucoup d’intérêt dans les médias suisses. Les réactions allaient de l’amusement aux demandes de démission.

Le ministre de l’Intérieur, titulaire d’une licence de pilote depuis 2009, loue occasionnellement un avion monomoteur, selon le ministère de l’Intérieur. Ainsi, Berset était seul à bord du vol en question à destination de la France.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.