Le polémiste d’extrême droite Éric Zemmour est deuxième dans les sondages français

Le phénomène Éric Zemmour continue de secouer la scène politique française à moins de six mois des élections présidentielles. Un nouveau sondage publié ce vendredi place la polémiste d’extrême droite de 63 ans légèrement devant Marine Le Pen, la présidente du Regroupement national (RN, ex-Front national).

L’étude démoscopique de l’institut Ipsos préparée pour le journal ‘Le Monde’ et l’Université Sciences Po donne à Zemmour environ 16% de soutien au premier tour, avec une variation minime selon qui est le candidat républicain au final (LR). Dans deux cas l’essayiste dépasse Le Pen du minimum et dans un autre ils sont à égalité.

C’est le deuxième sondage qui place Zemmour au second tour de la présidentielle, où il affronterait l’actuel locataire de l’Elysée, Emmanuel Macron, bien qu’il n’ait pas encore confirmé officiellement qu’il se présente à nouveau. En fait, l’essayiste n’est pas non plus un aspirant déclaré, même s’il agit en tant que tel et reçoit une attention médiatique constante. Les sondages montrent à plusieurs reprises que Zemmour vole de nombreux votes à Le Pen et aussi à Los Republicanos.

Si le ‘sorpasso’ se consolide et s’élargit, Le Pen risque de couler car ses électeurs iront en masse à Zemmour

Pour le Regroupement National, la situation est très préoccupante. La faiblesse de son candidat est évidente, qui se présente pour la troisième fois – et probablement la dernière – aux élections présidentielles. On craint que si le « sorpasso » de Zemmour se consolide et s’élargit, cela déclenche une véritable implosion de Le Pen dans les semaines à venir, les électeurs d’extrême droite affluant vers Zemmour sous l’effet du vote utile.

Zemmour courtise un électorat très diversifié qui comprend les nationalistes les plus radicaux, qui en France se disent « souverainistes » (pour leur euroscepticisme et leur allergie à la mondialisation), des conservateurs soucieux de l’immigration et de l’insécurité citoyenne, et des secteurs de la gauche qui partagent certaines thèses souverainistes. . L’écrivain a également fait preuve de compréhension envers les « gilets jaunes » et les raisons de leur lutte. Il essaie aussi de séduire les catholiques conservateurs.

Macron est confortablement en tête, tandis que les espoirs conservateurs et la gauche remportent des approbations très modestes

Les candidats à la présidentielle de Los Republicanos obtiennent des approbations inférieures à 15 %. La gauche, très fragmentée, est encore pire. Aucun de ses candidats n’atteint les 10 %, ce qui signifie qu’ils seraient éliminés du second tour. Macron, en revanche, est confortablement en tête, avec entre 24 et 26% de soutien au premier tour. L’enquête Ipsos a un degré de fiabilité plus élevé que les enquêtes précédentes étant donné que l’échantillon utilisé est beaucoup plus large.

Depuis Rouen (Normandie), où il a organisé ce vendredi une grande manifestation pour présenter son dernier livre ‘La France n’a dit pas son dernier mot’ (la France n’a pas dit son dernier mot), Zemmour a commenté la dernière enquête. Pour lui, les chiffres confirment une tendance et la force de son message. « Je suis le seul à pouvoir faire appel aux classes populaires et à ce que j’appelle la bourgeoisie patriotique », a-t-il déclaré, sans révéler s’il sera ou non candidat. Selon lui, Le Pen ne parle qu’aux classes populaires, et donc une victoire électorale est impossible.

« Je suis le seul à pouvoir faire appel aux classes populaires et à ce que j’appelle la bourgeoisie patriotique », affirme Zemmour.

Les réflexions de Zemmour sont confirmées par une analyse démoscopique de fond. Le polémiste attire déjà un quart des électeurs de l’ancien premier ministre conservateur François Fillon en 2017. L’un des experts de l’institut Ifop, François Kraus, a prévenu dans une interview au Figaro que l’«establishment» journalistique libéral et Le progressiste français est peut-être en train de retomber dans la même erreur que la presse américaine, en 2016, lorsqu’elle ne croyait pas possible la victoire de Donald Trump.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.