Les autorités arrêtent 150 commerçants du « dark web »

Les opérations internationales contre des groupes sur le « Dark Web » sont toujours actifs. Après le coup dur contre REvil par le FBI, une opération internationale a permis l’arrestation de 150 suspects impliqués dans DarkMarket, l’un des plus grands sites sur Internet pour l’achat et la vente illégaux de produits.

Ces arrestations ont eu lieu dans le cadre d’un effort conjoint entre le ministère américain de la Justice, Europol et les autorités judiciaires de plusieurs pays.

Sous le nom de code « Dark HunTor », l’opération coordonnée fait partie d’une série de mesures après la fermeture de DarkMarket en début d’année, plate-forme prenant en charge un demi-million d’utilisateurs et prenant en charge 320 000 transactions.

« Le FBI continue d’identifier et de traduire en justice les trafiquants de drogue qui pensent qu’ils peuvent dissimuler leurs activités illégales via le Darknet », pointé dans Libération le directeur du FBI, Christopher A. Wray. « Les marchés criminels du dark web existent pour que les trafiquants de drogue puissent en profiter au détriment de la sécurité des autres. »

Arrestations à plusieurs endroits en Europe et aux États-Unis.

Le rapport « Dark HunTor » précise le nombre d’arrestations effectuées à ce jour : 65 aux États-Unis, 47 en Allemagne, 24 au Royaume-Uni, 4 en Italie, 4 aux Pays-Bas, 3 en France, 2 en Suisse et une en Bulgarie.

Ce réseau était spécialisé dans le commerce de comptes bancaires volés, d’armes et de drogues. Dans le cadre de l’action des autorités, il a été possible de récupérer 31,6 millions de dollars de fonds répartis entre cash et crypto-monnaies. Des armes et des drogues telles que des amphétamines, de la MDMA, des opioïdes et de la cocaïne, entre autres, ont été saisies.

Parallèlement à cette opération, d’autres marchés noirs numériques en Italie ont été fermés. En quelques heures, les opérations à DeepSea et Berlusconi ont été arrêtées au milieu des arrestations et 3,6 millions d’euros de crypto-monnaies ont été récupérés.

« Le dark web est devenu un facilitateur clandestin du commerce illégal », a déclaré l’inspecteur en chef des postes Gary Barksdale du Service d’inspection postale des États-Unis (USPIS). « Les criminels l’utilisent pour vendre et expédier des stupéfiants ou d’autres marchandises dangereuses dans le monde entier, s’appuyant souvent sur le système postal et des transporteurs privés pour livrer ces produits illégaux. »

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.