Pour l’instant pas de relâchement entre la France et l’Australie dans le différend sous-marin

Pour l’instant pas de relâchement entre la France et l’Australie dans le différend sous-marin

Macron (à g.), Morrison

© © 2021 AFP

Dans le vif différend sous-marin entre la France et l’Australie et les États-Unis, il n’y a pour l’instant aucun signe de relâchement entre Paris et Canberra.

Dans le vif différend sous-marin entre la France et l’Australie et les États-Unis, il n’y a pour l’instant aucun signe de relâchement entre Paris et Canberra. Alors que le président français Emmanuel Macron et le président américain Joe Biden cherchaient mercredi à se rapprocher, le Premier ministre australien Scott Morrison a déclaré que Macron lui avait jusqu’à présent donné l’épaule froide.

Il avait tenté d’appeler Macron, mais cela n’avait « pas encore eu lieu », a déclaré Morrison mercredi soir lors d’une visite à Washington. « Nous ferons preuve de patience, nous comprenons votre déception », a-t-il déclaré, faisant référence à l’accord sur les sous-marins rompu entre les deux pays.

Les États-Unis, la Grande-Bretagne et l’Australie ont annoncé la semaine dernière une alliance indo-pacifique, qui comprend également la construction conjointe de sous-marins nucléaires pour l’Australie. Parce que l’Australie a alors rompu un accord de sous-marin de plusieurs milliards de dollars planifié depuis longtemps avec la France, Paris est extrêmement en colère. Entre autres, Paris a rappelé ses ambassadeurs de Washington et de Canberra.

Biden a essayé mercredi lors d’un appel téléphonique qu’il a demandé à Macron d’arranger les choses. La Maison Blanche a ensuite qualifié la conversation d' »amicale ». La France prévoit de renvoyer son ambassadeur à Washington la semaine prochaine. Jusqu’à présent, aucune annonce n’a été faite que l’ambassadeur de France serait également renvoyé à Canberra.

« L’Australie a décidé de se retirer d’un accord sur les armes très important », a déclaré Morrison. Il est « compréhensible que la France soit déçue à cause de cela ». « Je pense qu’il faudra plus de temps pour résoudre ces problèmes que celui entre les États-Unis et la France. »

AFP

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.