Conflit de pêche avec la Grande-Bretagne : la France menace de mesures de rétorsion

Au : 30/09/2021 02:26

Le différend sur les droits de pêche entre la France et la Grande-Bretagne a repris de plus belle. L’île anglo-normande de Jersey a refusé de donner aux pêcheurs français les licences nécessaires. La France envisage des représailles.

Le différend entre la Grande-Bretagne et la France sur les droits de pêche dans la Manche après le Brexit ne s’arrête pas : The Channel Island Jersey a approuvé 95 permis supplémentaires pour les bateaux de pêche français, dont 31 pour une durée limitée. Comme l’ont annoncé les autorités de l’île de la Manche, 75 demandes ont été rejetées.

La France a réagi avec fureur au fait que toutes les licences demandées n’ont pas été approuvées et a menacé de mesures de rétorsion. Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a évoqué des « décisions totalement inacceptables et irrecevables ». L’approche de Jersey contredit les accords conclus dans le cadre du Brexit. Le gouvernement français travaillera avec la Commission européenne « pour faire avancer ce dossier et également pour examiner d’éventuelles mesures de rétorsion », a déclaré Attal.

Pêcherie « d’otage britannique »

« C’est un refus renouvelé des Britanniques de mettre en œuvre les termes de l’accord sur le Brexit malgré notre travail commun », a déclaré la secrétaire à la Mer, Annick Girardin. « Les pêcheries françaises ne doivent pas être prises en otage par les Britanniques pour des raisons politiques. »

Girardin est allé plus loin : « Je compte sur les autres pays européens pour exiger la même chose que la France, car ce que la France vit aujourd’hui sera aussi vécu par d’autres », a-t-elle déclaré à l’issue d’une rencontre avec des représentants de la filière. Tous ses collègues de cabinet ont également été invités à « identifier d’éventuelles mesures de rétorsion françaises », de la « question énergétique » aux « flux commerciaux ».

Le secrétaire d’État français à l’Europe, Clément Beaune, a annoncé une réponse rapide au non-respect des droits garantis aux pêcheurs. « Nous déterminerons les contre-mesures au niveau national et européen dans les prochains jours. »

La question des droits de pêche

L’île de Jersey est située à une trentaine de kilomètres au large des côtes normandes, et ses eaux sont particulièrement poissonneuses. L’accord post-Brexit négocié par l’UE prévoit que les pêcheurs européens peuvent continuer à naviguer dans certaines eaux britanniques, à condition d’obtenir une licence. Celui-ci leur sera remis s’ils peuvent prouver qu’ils y ont déjà pêché.

Les 95 permis désormais homologués s’ajoutent aux permis de 47 bateaux déjà délivrés depuis le début de l’année. Si vous n’avez pas de permis, vous devrez bientôt arrêter de pêcher dans les eaux au large de Jersey, puis un règlement provisoire expirera.

Les droits de pêche étaient l’un des points de friction de l’accord commercial entre l’UE et le Royaume-Uni, qui est pleinement en vigueur depuis le 1er mai. Les Britanniques doivent donc autoriser uniquement les bateaux de pêche dans leurs zones qui y sont actifs depuis 2012. Les pêcheurs français se plaignent que ce n’est pas facile à prouver. En mai, le différend sur les droits de pêche s’envenime brièvement : des dizaines de chalutiers français menacent de bloquer le port de Saint-Hélier sur Jersey. Le gouvernement britannique a ensuite envoyé des navires de guerre dans la zone maritime. La France a également envoyé la marine.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.