La vie est un jeu pour Pogacar, mais dans le Tour de France, il n’a aucune pitié | des sports

Tadej Pogacar est Judy Garland, ou alors, qui vit dans son Oz. « Ma vie est un rêve au-delà des rêves, c’est mon monde, seulement mon monde », chante-t-il (choisissez la musique), et à la fin du film il est toujours fiévreux, et rêve sans se réveiller. Et il continue de parler, et dit, Calderonien, que la vie est un jeu, qu’il est un enfant, et qu’il aime la vivre, et sa roue, souffrant de son manque de piété, du sérieux avec lequel il prend le jeu, que c’est le Tour de France, il se souvient de ses patrons quand ils relèvent la stratégie et lui disent de surveiller les watts et d’attaquer, que c’est le Tour, il les répète, et pas une playstation, mais attaque, quand même, et gagne, encore. Lui en face, le seigneur du Tour. Tout derrière.

Plus d’information

Qu’en est-il de la vie en jeu vidéo peut être pensé par les fans postés au virage de 400 mètres, d’où ils peuvent parfaitement voir, comme dessinés sur un écran, 13 tours de l’ascension qui commence dès que le Père Tourmalet descend, un noir ceinture par laquelle monte un cortège, et des rives vertes, vertes, vertes intenses, et s’ils avaient un joystick à portée de main, ils aimeraient déplacer les coureurs à leur guise. Les Français accéléreraient leur David Gaudu, qui s’est lancé dans la descente du Tourmalet vers Barèges et vient d’être dévoré par la machine bordelaise des Ineos ; les Espagnols déplaceraient Valverde, c’est sûr, qui fait la queue en caoutchouc, ou Pello Bilbao, tellement agacé parce que la police attendait toute son équipe à l’hôtel la veille, ou, pourquoi pas, Enric Mas, que la chaleur a laissé sécher dans le Ventoux il y a une semaine et humide au col de Portet la veille, et il semble mieux respirer. Et ils sont tous, la seule chose qui manque est Rigo Urán, rendu. Le Colombien a explosé au Tourmalet, où, révèle Pogacar, lui aussi a passé un mauvais moment, et, ajoute-t-il, même en passant un mauvais moment, je passe un bon moment. C’est ma vie. C’est leur jeu. C’est votre Tour. Les autres regardent et souffrent.

Ce sont les pénitents du Tour, et ils maudissent sur les pentes de Luz Ardiden, la montée au Calvaire, leur cauchemar au sein du rêve d’un monstre, qui vire au jaune intense au Mas, plein d’espoir à 800 mètres du sommet du dernier grand port du Tour, de son dernier but, et il ne regarde pas en arrière, mais Arrieta, sa directrice, lui dit à travers l’écouteur, vas-y, Enric, vas-y, tu es seul ; désespéré à 700 mètres, quand, sorti de nulle part, un cyclone l’effleure presque, si vite qu’il le fait chanceler. Il est le leader, s’amusant. L’illusion a duré 100 mètres pour le Majorquin, plus que quiconque, car ni Jonas Vingegaard ni Richard Carapaz, les habitués, à droite et à gauche du trône du seigneur du Tour, n’ont pu plus que résister. Et Pogacar rit.

Pour eux, pour ceux qui n’aspirent qu’à résister, à gagner une étape, un maillot à pois, une petite récompense, il n’y a pas de magie, mais une désolation comme celle produite par un coeur à 180 et un cycliste qui s’éloigne, et un sec bouche, poumons brûlants, oreilles saturées de cris et de cornes. La vie est une misère, pensent-ils, ils ont le droit de se sentir misérable, toujours à suivre une roue, à regarder leurs watts, à une allure, à une allure, quoi qu’en dise Tao Geoghegan, sur ordre de Richard Carapaz, quoi qu’il dise . Castroviejo, qui veut mener son ami équatorien vers une victoire d’étape qui récompense son travail, sa persévérance. Mais tout le monde tremble quand, à 5,5 kilomètres du sommet, ils voient que Rafal Majka, le mamporrero polonais du leader, accélère en tête, et avec son action foudroyante brise le rythme tempéré des Ineos, les espoirs de Carapaz, et saute le chapelet des Chasers, et leur compteur de watts crie en rouge, arrêtez, ne suivez pas. Mais c’est le vélo, plus important que la vie, et ce n’est pas un jeu, et ils oublient la prudence et accélèrent deux, trois, et Mas, ressuscité, est parmi eux, et endure aussi le changement de rythme de Colorado Kuss, qui veut Que votre Vingegaard gagne la scène. Et tout le monde, sans pitié, punit Pogacar, qui s’amuse, mais, avoue-t-il, il se serait bien plus amusé s’il avait couru tout le Tour non pas en jaune, mais en pois rouges, le maillot qu’il aime le plus et que le la victoire à Luz Ardiden le trahit.

« Qu’elles sont belles les taupes », lance le Slovène, après les avoir arrachées en deux jours à Wouter Poels, qui les a pleurées tout le Tour, et s’est battue sans relâche avec Michael Woods et Nairo Quintana, qui se bat sans récompense. « Mais, quel dommage, la priorité est jaune. » Et avec le jaune ils sont venus, comme en 2020, le prime le blanc du meilleur jeune homme et les pois.

Il reste trois jours au Tour, deux sprints pour Mark Cavendish, toujours en vert, pour dépasser Merckx et un contre-la-montre pour Pogacar pour dépasser Vincenzo Nibali, le vainqueur du 21e siècle avec le plus grand avantage sur le second, 7m 37s sur Péraud en 2014 Le Slovène devance Vingegaard, le deuxième, de 5m 45s. Et il est applaudi par le président Macron, qui a visité la forge Sainte Marie de Campan où Eugène Christophe, qui nous a appris que le Tour c’est la vie, a soudé la fourche de son vélo cassé en abaissant le Tourmalet en 1913, est monté dans la voiture rouge du réalisateur du film, Christian Prudhomme, et s’est envolé dans le 21e siècle, vers le cyclisme de jeu vidéo, ou presque. Il a essayé de parler à Guillaume Martin, qui pédale, philosophe et écrit sérieusement, et passe son président. Et puis il est monté dans son hélicoptère, et wow, il a disparu.

Le jour se lève avec l’annonce de la traditionnelle visite des gendarmes antidopage dans un hôtel du Tour pour fouiller les chambres et les véhicules d’une équipe. L’heureux élu en 2021 a été Bahrain Victorious (18 victoires jusqu’ici cette année, un podium sur le Giro, deux étapes du Tour et la neuvième place, pour l’instant, de Pello Bilbao), que les gendarmes attendaient mercredi dans l’après-midi. à votre hôtel à Pau. Les policiers ont emporté des papiers et des fichiers de données avec les entraînements et les watts des cyclistes, et ont convoqué leur médecin, le Polonais Piotr Kosielski, dans un commissariat de Paris lorsque cela a été terminé.

Tadej Pogacar est interrogé à ce sujet lors de la conférence de presse et le Slovène, sans perdre son sang-froid à quel point il a l’air bien sur la route en pédalant, répond qu’il ne sait pas grand-chose à ce sujet, que ce sont des choses très étranges mais qu’elles servent à mieux contrôler à tous, bien mieux.

Profitant de son entrée dans les eaux du dopage, autre thème récurrent du Tour quand un leader est si supérieur, on demande au Slovène comment, en étant aussi gentil qu’il peut tenir avec le propriétaire de son équipe, le Suisse Mauro Gianetti, à ses côtés, d’une renommée sulfureuse comme coureur et comme gestionnaire de scandales, comme les Riccò et Piepoli et tout leur Saunier Duval expulsés du Tour 2008. Et, toujours sans accélérer et sans s’énerver, comme s’il avait déjà la réponse toute prête, Pogacar répond. « Je peux dire peu de choses sur le passé de Gianetti, qui a toujours été très bon avec moi », dit-il. « Aussi, le passé est le passé, mais le nouveau cyclisme, celui de ma génération, celui de Remco, Vingegaard, Pidcock, Bernal, Van Aert, Van der Poel…, est bien plus beau. »

Vous pouvez suivre EL PAÍS DEPORTES dans Facebook et Twitter, ou inscrivez-vous ici pour recevoir notre newsletter hebdomadaire.

Nihel Béranger

« Accro au café. Fanatique de l'alcool depuis toujours. Expert du voyage typique. Enclin à des accès d'apathie. Pionnier de l'Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.